Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 22:00

 

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com  

 

"Ni les monuments,

 

ni les petits objets

 

de l'Égypte antique

 

ne peuvent exister sans la couleur,

 

porteuse d'une pulsion de vie

 

aspirant à l'immortalité."

Sylvie Colinart, Elisabeth Delange, Sandrine Pages.

Camagna in "Couleurs et pigments des peintures de l'Égypte antique.

"Revue Techné n°4, 1996, page 29.

 

Hypogée très coloré !

Voici donc une peinture murale aux couleurs des plus vives...
Elle fut découverte près de Cheikh Abd el-Gournah !

Nous sommes bien au sein de la rive ouest de Louxor...

18e dynastie.

Source

 

Nous faisons un petit bond, dans notre passé ! Nous voici donc aujourd'hui sous la plume de Perrault, souvenez-vous de ce 17e siècle, de notre ère bien sûr !

Et plus précisément...

Nous sommes au sein de la fameuse triade vitruvienne, l'une de celle qui, si nous considérons certains auteurs, devrait bien représenter l'objectif à atteindre et ce pour tout bon architecte !
 

Firmitas...

Solidité,

Robustesse.
 

Utilitas...

Commodité,

Utilité.
 

Venustas...

Beauté,

Volupté.

Vous l'aurez parfaitement compris, les "fameuses" triades que nous pourrions penser spécifiques à cette antiquité égyptienne, auraient finalement perduré dans le temps jusqu'à une passé bien plus récente !

Cela ne démontrerait-il pas, s'il en est encore besoin du reste, que chaque tranche de vie présente, s'appuie sur une assise passée et ce bien évidemment tout en préparant en catimini, un futur certain... ?

 

Ainsi :

 

"Dans tous ces différents travaux,

on doit avoir égard à la solidité,

à l’utilité,

à l’agrément :

 

à la solidité, en creusant les fondements jusqu’aux parties les plus fermes du terrain, et en choisissant avec soin et sans rien épargner, les meilleurs matériaux ;

 

à l’utilité, en disposant les lieux de manière qu’on puisse s’en servir aisément, sans embarras, et en distribuant chaque chose d’une manière convenable et commode ;

 

à l’agrément, en donnant à l’ouvrage une forme agréable et élégante qui flatte l’œil par la justesse et la beauté des proportions."
 Vitruve.

"De l’architecture".

Livre I...

 

De si sublime couleurs provenant d'un si lointain passé !

Source / Lien

 

Plan de l'article... 

 

→ Contempler ce passé fort loitain...

 

→ Avec cet "art" égyptien...

  

→ La réalisation d'une fresque obéit à des règles bien précises ! 

 

→ Ainsi...

 

Un propriétaire au nom de "Sa-Mut" !

 

Miraculeusement conservés...

 

Souvenez-vous...

 

→ Les peintres...

 

Des secrets transmis de bouche à oreille...
 

 

 Des "fresques"

 

 

miraculeusement conservées !

 

 

Contempler ce passé fort lointain...

 

Avec notre imaginaire...

Ainsi, comment concevoir ce chatoiement ?

Celui qui devait certainement contribuer à faire briller les murs, les plafonds, les portes,...

 

Que reste-t-il finalement de cette splendeur ?

De cette magnificence supposée, passée,... ? Celle que nous pouvons parfois encore admirer ? Celle de l'empire pharaonique bien sûr... !

 

Demeure-t-elle évanouie au sein de cette couleur ocre du désert, celle-là même qui recouvre tout si uniformément ?

 

Cet "art" égyptien...

 

L' "art pour l'art" n'existait pas au sein de la Kemet antique !

 

Du reste...

L'art tel que nous le concevons de nos jours, fut véritablement et de plus bien longtemps inconnu... Car toute création avait véritablement un but pragmatique !

 

Par exemple...

Assurer la prospérité et le triomphe de l'empire comme de son souverain d'ailleurs, puisque finalement, il ne devait former qu'un !

Procurer la survie des souverains, et, puis bien plus tard, celle des notables,...

 

Les techniques...

Les ingrédients des peintres n'ont guère changé finalement depuis l'exécution des fameux portraits du Fayoum !

Ils reposent toujours sur la tétrachromie ! C'est-à-dire l'utilisation de quatre couleurs de base...

 

La réalisation d'une fresque obéit à des règles bien précises !

 

Les peintres préparaient tout d'abord leurs supports, ce qui finalement semble de soit ! Ce furent probablement sur des toiles de lin, de minces planchettes de cyprès, de figuier sycomore, de...

 

Puis...

Après les avoir enduites de cire d'abeille, de gesso, cette sorte de colle mélangée à une fine couche de plâtre,..., ils appliquaient alors leurs couleurs !

 

Ainsi...

 

Au cours de certains travaux de terrassement...

Au sein même d'une cour intérieure...

Une nouvelle découverte en ce début de mars 2015... ! Une dernière demeure d'éternité qui se trouve à Gournah, partageant vous l'aurez compris, la cour de l'hypogée TT110...

 

Une dernière demeure :

- En forme de T,

- Avec des peintures bien conservées visiblement !

- Un hall transversal,

- Des chambres non terminées !

- ...

 

Cependant...

Sans véritablement de grande surprise, elle aurait été pillée et ce dès l'Antiquité !

De plus...

Certains des textes et même des paysages d'ailleurs, auraient été délibérément endommagés ! (?) Comme le nom et les titres du propriétaire du tombeau, mais également le nom du netjer Amon,... (?)

 

"La tombe pourrait avoir été vandalisée,

certaines scènes

et

inscriptions murales ayant été grattées"

Précise le ministère sans plus d'explications.

 

Un propriétaire au nom de "Sa-Mut" !

De la 18e dynastie...

 

Elle contiendrait donc visiblement de très belles scènes peintes !

Sur le plâtre...

Avec des couleurs très vives, comme vous pouvez l'admirer avec les quelques photos présentes dans cette thématique !

 

Ainsi fut représenté l'existence de nos anciens qui se voulait certainement quotidienne et ce à travers quelques belles tranches de vie !

Comme des scènes de célébration par exemple... !

D'autres représentent même le propriétaire de cette dernière demeure ainsi que sa femme, une certaine "Ta Khaeet", et ce devant une table d'offrande.

 

Alors, souvenons-nous...

Une semaine auparavant cette belle trouvaille...

Un autre hypogée fut découvert !

Cela fut celui d'un certain "Amenhotep", dénomé visiblement aussi "Rebiu" ! Ce dernier semble avoir été le portier du netjer Amon...

 

En fait...

Nous sommes au sein d'un hypogée découvert en début du mois de Mars 2015 !

De la 18e dynastie...

Découverte à Gournah, sur la rive ouest de Louxor...

Source

 


L'ARCE...

Les Archéologues du Centre de Recherche Américain en Égypte...

 

Avec bien évidemment, la collaboration du ministère des antiquités de l'Égypte...

 

Les chercheurs semblent ainsi avoir réalisé une très belle découverte ! 

 

Ils creusaient finalement au sein d'un "patio", à ciel ouvert, au sein de la TT 110, qui appartenait visiblement à un homme nommé Djehouty ! De son état, il fut majordome Royal d' Hatshepsout mais également de Thoutmosis III !

Nous sommes bien en présence de scènes parfaitement conservées et colorées, sur les murs de l'hypogée...

 

Source

 

Bien miraculeusement conservés... !

 

Evidemment...

Ce fut bien dans les hypogées que l'on retrouve les plus beaux exemples de scènes ayant résisté à l'usure du temps !

Du fait de leur isolement...

Du climat bien sûr...

De la technique employée...

Du type de matériaux également...

...

 

Ainsi, souvenez-vous...

A la fin du 19e siècle de notre ère, des paysans égyptiens mettaient au jour et ce, parfaitement par hasard, des "fresques" !

Elles étaient véritablement splendides !

Peintes sur bois...

Elles devaient ainsi représentées les occupants des lieux, dans le fameux Fayoum, vous savez cet ancien bras de l'Itéru : c'est une dépression au sud-ouest du Caire avec un grand lac, qui est alimenté par le Nil. Souvenez-vous, au cours du 6e millénaire avant l'ère du Christianisme, ce fut probablement un lieu où résidait les  premiers cultivateurs de l'Egypte ! On y aurait découvert des fosses de stockage, de céréales, de restes d'animaux,..., d'un grand nombre d'objets, y compris en matériaux qui ont généralement un faible taux de conservation...

Ainsi...

Flinders Pétrie, l'archéologue britannique qui mena, rappelez-vous, d'importantes campagnes de fouilles au début du 19e siècle, authentifia bien cette découverte !

 

Depuis...

Ce sont des centaines d'autres "fresques", du "même type", qui ont été retrouvées et ce un peu partout, en terre de Kemet !

 

Cependant...

Par quel miracle ces portraits, vieux de plus de deux mille ans, sont-ils parvenus jusqu'à nous ?

Et ce dans un si bel état ? A tel point que nous pouvons presque croire qu'elles furent exécutées la veille !

Tout au long de cette thématique, qui comportera divers articles, nous aborderons les réponses potentielles quant à ce légitime questionnement !

 

Source / Lien 

 

Souvenez-vous...

 

A l'époque où les scènes de vie que nous connaissons au sein des hypogées furent réalisées, Kemet commençait véritablement à être envahie par les sables du désert !

Le climat sec et le sable chaud ont conservé en leur sein des oeuvres de toutes les époques, de toutes beautés pour la majorité d'entre elles ! Depuis les fresques des oies de Meidoum qui figurent dans le mastaba de Nerfermaât et d'Atet de la 4e dynastie, jusqu'au portrait du Fayoum !

 

Les peintres...

 

Ils concevaient leur art comme une véritable offrande à la divinité !

A la manière d'un ultime hommage rendu au défunt dont ils reproduisaient leurs traits et ce bien souvent, en pleine jeunesse... !

 

Leur palette...

Elle était composée de pigments minéraux, auxquels ils devaient y ajouter un liant, généralement de la graisse animale, parfois de l'oeuf ou même du sang, afin de permettre aux couleurs d'adhérer aux parois, préalablement recouvertes d'un enduit d'apprêt.

 

Ce faisant...

Ils utilisaient, sans le savoir véritablement, un vernis, qui en isolant les fragiles pigments, leur ont permis de traverser les siècles !

 

Leurs procédés de fabrication ne nous sont que très peu connus finalement, bien malheureusement... !

 

Nous avons toutefois quelques indices :

- Ils employaient l'ocre des montagnes afin de figurer les chairs rouges.

- L'albâtre ou le calcaire fin pour le blanc,

- Ainsi que deux couleurs particulières et originales, le bleu et le vert égyptiens,

- ...

 

Des secrets transmis de bouche à oreille...

 

La poudre de Lapis-Lazulis donne un bleu profond, mais étant donné son prix de revient, souvenez-vous il devait venir d'Afghanistan, on le réservait aux bijoux de luxe !

Les Egyptiens lui ont préféré en fait un pigment bleu dont le secret de fabrication était transmis de bouche à oreille. Il s'agit en fait du premier colorant artificiel, dont l'origine remonte à la 4e dynastie...

 

D'ailleurs, ils l'employèrent partout :

- Les stèles,

- Les papyrus,

- Les sarcophages,

- Les décors des temples étaient tous parés du célèbre "bleu égyptien", dont le nom se traduisait à peu près par "Lapilazuli fabriqué".

 

Il fut utilisé pendant toute l'antiquité, et on l'a même retrouvé jusque sur les fresques de Pompéi !

 

Quant à la couleur verte...

Elle fut bien associée à la végétation, à la renaissance même ! D'ailleurs, le visage d'Osiris, netjer protecteur de la vie et de la mort était toujours de cette couleur.

On la fabriquait de la même manière que le pigment bleu, mais en changeant tout simplement les proportions, jusqu'à obtenir une teinte qui évoquait la turquoise.

 

Alors, à suivre...

J'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire mes textes que j'en ai eu à vous les écrire ! 

  

Clé de VIE 

 

Désinences... Prochainement sur le même sujet... Les fresques...

 

- Le "bleu égyptien"...

- ...

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter : 

 

Sources... 

 

Collection "Passion de l'Egypte" Editions Atlas 2003

 

Dictionnaire de la Civilisation Égyptienne - Rachet Guy - Larousse

 

Voici la table des matières quant au "Livre VII" de Vitrus : voici un lien très pertinent... 

→ De la rudération
→ De la préparation de la chaux pour faire le stuc
→ De la disposition des planchers en forme de voûte ; du stuc et du crépi
→ Des enduits qu'il faut faire dans les lieux humides
→ De la manière de peindre les murailles
→ De la manière de préparer le marbre pour de faire du stuc
→ Des couleurs naturelles
→ Du cinabre et du vif-argent
→ De la préparation du cinabre
→ Des couleurs artificielles
→ Du bleu d'azur et de l'ocre brûlée
→ De la céruse, du vert-de-gris et du minium
→ De la pourpre
→ Des couleurs qui imitent la pourpre. 

 

Menard-Darriet Dominique, "La Fresque", Paris, Fleurus, 1993.

 

Mora Paolo et Laura et Philippot Paul, "La conservation des peintures murales", centre international d’études pour la conservation et la restauration des Biens Culturels, Bologne, Editrice Compositori, 1977.

 

Frizot Michel, "Mortiers et enduits peints antiques"  études techniques et archéologiques, Centre de recherches sur les techniques gréco-romaines, Faculté des sciences humaines, université de Dijon, 1975.

 

Stefanaggi  Marcel, " La connaissance et la conservation des peintures murales", évolution des méthodes scientifiques d’analyses, dans Monumental, octobre 1997.

 

Laurent Jean-Marc, "La Fresque, création et restauration", Tours, D.Jeanson, 2000.

 

Cros Henry et Henry Charles, "L’encaustique et les autres procédés de peinture chez les anciens,  Histoire et techniques", Erec, Puteaux 1988.

 

Sitographie...

 

Wikipedia 

 

Archaeology

 

Luxortimesmagazine

 

 

Taggé avec...

 

Parcours thématiques...

 

Les dynasties...

 

Source / Lien

Aphorisme...

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...

 

Les maximes de la parole accomplie de Ptahhotep sont philosophiquement représentatives des besoins, des désirs et des espoirs de la classe-Etat dominante et des plaintes aussi de l’oasien, ceux de la classe-peuple, exploitée. 

 

Ptah-Hotep...

Comme vous savez, il enseignait cette sagesse qui ne venait point en partage à la naissance !

Cela devait être en vérité une sorte d'apprentissage...

 

Car il fallait ainsi probablement apprendre :

- A écouter et ce avec discernement,

- A écouter aussi, avec équité, ce que l’autre disait, qui fut légitime et qui venait du cœur...


"Que ton cœur

ne soit pas vaniteux à cause de ce que tu connais ;

 

prends conseil auprès de l’ignorant

comme auprès du savant,

car on n’atteint pas les limites de l’art,

et il n’existe pas

d’artisan qui ait acquis la perfection.

 

Une parole parfaite

est plus cachée que la pierre verte ;

on la trouve pourtant

au près des servantes qui travaillent sur la meule"

 

 

aimé

 

jean-claude

La fraîcheur, la perfection, la dextérité, la virtuosité des artisans ne furent presque rien au regard de la conservation des scènes de vie de l'Egypte antique !
La fraîcheur, la perfection, la dextérité, la virtuosité des artisans ne furent presque rien au regard de la conservation des scènes de vie de l'Egypte antique ! La fraîcheur, la perfection, la dextérité, la virtuosité des artisans ne furent presque rien au regard de la conservation des scènes de vie de l'Egypte antique !

Partager cet article

Aimé Jean-Claude Le site d'Aimé Jean-Claude - dans Architecture en Égypte antique
commenter cet article
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 22:45

ankh hiero 

 

www.aime-free.com

 

ww.aime-jeanclaude-free.com

 

Trompeuse...

Cela pourrait être le cas quant à l'apparence de cet animal pouvant passée comme bien débonnaire !

 

Source / Lien

 

En vérité...

Il fut cet animal particulièrement dangereux !

Sa force...

Son agressivité...

Nos anciens pouvaient-ils se demander s'il leur était possible de le pacifier ? Et ce dans cette vie terrestre comme d'ailleurs dans la suivante ? Comme vous savez, il pouvait vivre dans les cours d'eau au cours du voyage vers l'au-delà...

 

Ainsi, même si nous connaissons maintes divinités relatives à cet animal, nous ne savons visiblement pas à quel genre de concept il fut lié pendant la pré-dynastie ?

 

De ce fait :

- Le son bien caractéristique qu'il émettait, avait-il influencé nos ancêtres ?

Et en quoi ?

- Fut-il impressionné par sa puissance ?

- Son agressivité ?

- Sa dangerosité ? Car pour les humains, il pouvait parfaitement être responsable de plus de morts que tout autre animal africain de cette époque (Scorpions, serpents,...) ! Savez-vous qu'en plus du milieu aquatique ou il excelle, il est apte à atteindre les 20 km/h sur la terre ferme ?

- Avait-il remarqué son caractère particulièrement territorial ?

- ... ?

 

 

 

Source / Lien

 

Plan de l'article...

 

L'un des véritables ancêtres de cette terre africaine !

 

D'aucuns parlent même des "chevaux de fleuve"...

 

La famille des hippopotames serait la descendante des anthracothères !

 

Et maintenant, voici un des célèbres hippopotames bleus, aux traits noirs !

 

→ Le Bleu de cet hippopotame...

 

Alors l'hippopotame mâle fut-il véritablement l'hypostase de Seth ?

 

→ Autrefois...

 

→ Alors cette sublime statuette...

 

Model in the Ashmolean Museum (Oxford, UK).

Une poterie rouge et particulièrement grossière découverte par Pétrie !

 Naqada IIb, 3500 à 3000 avant l'ère du christianisme !

AN1896-1908.E.3267

Source

 

L'un des véritables ancêtres de cette terre africaine !

 

Comme je le mentionnais au début de cette thématique, les apparences sont parfois trompeuses !

 

 

De même via :

- Les nombreuses émissions animalières notamment...

- Les safaris photographiques en cette terre africaine, comme il m'est arrivé de réaliser avec un plaisir indéfinissable... !

- ...

- Ou, simplement lors d'une visite au sein d'un zoo... Tout cela ne peut-il pas contribuer, et ce à chacun d'entre nous, à bien connaître cet animal imposant par sa stature, son agressivité, sa vie aquatique,...

 

Nonobstant...

Auriez-vous vraiment imaginé que cet animal, cet hypostase du netjer Seth, pouvait représenter l'un des véritables ancêtres du Nil ?

 

D'aucuns parlent même des "chevaux de fleuve"...

 

http://www.google.fr/url?source=imglanding&ct=img&q=http://jfbradu.free.fr/egypte/LES%20ANIMAUX/hippopotame/hippo-nil.jpg&sa=X&ei=zb01Uu_-G4rsswbQ6YHADQ&ved=0CAkQ8wc&usg=AFQjCNHLkSvGPmv4rBYnPFWnlsQYD-H5ig

Deux hippopotames dans le Nil...

Sous cette barque de pêcheurs...

Voici la représentation de la dangerosité des "chevaux de fleuve" !

En apparence ils sont bien dociles...

Nous sommesau sein d'une scène de pêche !

Peinture sur calcaire, fin de la 5e voir début de la 6e dynastie....

Musée du Louvre.

Source / link 

 

Souvenez-vous, la femelle hippopotame représentait :

- La fertilité...

- La protection des naissances...

- ...

 

Nos anciens, comme vous savez, fêtait l'arrivée de la crue !

Le Nouvel An...

De ce fait, nous connaissons bien cette dénomination de "la fête Opet" ! Ce fut en vérité le nom même d'une netjeret hippopotame !

Opet, une déité qui semble bien avoir été liée à la fertilité agraire !

 

La famille des hippopotames serait la descendante des anthracothères !

 

Et bien non... !

En remontant très loin dans le passé, il nous serait bien impossible de conclure que notre hippopotame avait en commun certains ancêtres du cheval !

 

L’hippopotame appartient bien au groupe des artiodactyles !

De véritables mammifères ongulés...

Mais connaissez-vous son proche cousin ? Souvenez-vous pour cela des aptitudes aquatiques et même sous-marines particulièrement indiscutables quant à notre hippopotame !

 

Ainsi :

- Les hippopotames,

- Et les baleines ont cela de commun, un ancêtre ! De bien nombreuses études issues d'analyses ADN semblent l'avoir démontrées ! Ainsi, nous sommes bien loin de la période pharaonique puisque il nous faut remonter aux alentours de 50 à 60 millions d’années !

 

Voici donc un animal terrestre (Baptisé Epirigenys lokonensis...), ce dernier aurait donné naissance à deux groupes distinctes :

- Les cétacés, des mammifères marins...

- Et des anthracothères ! Un autre groupe de mammifères terrestres, mais ceux-ci furent ongulés...

De plus...

Aujourd'hui les hippopotames semblent bien être considérés comme les derniers représentants de cette famille !

 

Ainsi...

Le plus proche cousin de l'hippopotame serait bien la baleine !

 

D'ailleurs à Hierakonpolis, il existait bien une coutume quant à l'enterrement d'animaux exotiques !

Ils furent trouvés dans le cimetière de l'élite Hk6 !

Voyez, vers le milieu de cette carte, à droite, notre hippopotame...

Source

 

 "L'hippopotame est un vrai Africain.

 

Il serait issu d'une branche ayant évolué indépendamment en Afrique,

continent qui a été isolé des autres entre 110 et 18 millions d'années"

Fabrice Lihoreau.

Paléontologue de l'Université de Montpellier...

 

Et maintenant, voici un des célèbres hippopotames bleus, aux traits noirs !

 

un des célèbres hippotames bleus à traits noirs - musée

Une cinquantaine d'exemplaire dans le monde !

Musée du Louvre.

 

Débonnaire, avec ce mouvement en pleine marche... ! Tout naturellement, il devait bien se glisser dans les marécages : notons au passage qu'il semble même recouvert de plantes aquatiques !

 

Cette faïence égyptienne...

Parfaitement brillante...

D'un bleu vif, était habituellement déposée dans les hypogées des hauts dignitaires et ce à la fin du Moyen Empire : nonobstant, il faut savoir que ces dépôts disparurent bien subitement, à la fin de la 17e dynastie !

 

A cet effet, souvenez-vous...

Les romains faisaient venir des hippopotames pour leurs jeux, par conséquent, je suppute que cette disparition quant à sa représentation ne peut être imputée au fait de son élimination physique en tant qu'animal nilotique! Ainsi, il devait bien en rester encore suffisamment au sein de la terre des netjerou !   

     - L'historien Ammien Marcellin écrivit qu'il n'y avait plus d'hippopotames sur la terre de Kemet !    

     - L'explorateur Cosmas, du 5e siècle, devait malheureusement confirmer cela !

     - ...
 

Les Égyptiens ont modelé et moulé ainsi de petits objets en "bleu Égyptien", matériau du reste qu'il ne faut pas confondre avec la fritte émaillée !

Ainsi dans cet art...

Les couleurs avaient une signification bien spécifique, précise, indépendante pratiquement de leur valeur esthétique !

 

Le Bleu de cet hippopotame...

 

Il fut en fait bien souvent du silicate de cuivre calcique.

Irtyu...

D'ailleurs ne fut-il pas régulièrement opposé au rouge ?

 

"khesbedjiryt" signifiait "lapis-lazuli fabriqué", ce fut en fait une sorte de substitut au lapis, vous savez bien, cette superbe pierre… 

La couleur bleu-turquoise, en cette pierre si caractéristique de l'Égypte ancienne, fut en vérité extraite des mines au sein du Sinaï !

 

Nos anciens voyaient le bleu clair :

- Le ciel…

- L'air...

- L’eau...

- Les murs des nécropoles...

- Amon, le netjer du vent, de l'atmosphère !

- Amon-Min,

- …

 

Quant au bleu sombre :

- Le fameux Lapis-Lazuli, il devait symboliser la voûte céleste de la nuit, mais également des abysses,...

- La nuit...

- Le monde d'en bas...

- ...

 

Ne pas oublier le bleu turquoise... ! Il était consacré à l'univers aquatique, celui du Nil bien enttendu !

- La coiffure des êtres humains…

- Les édifices…

- Le fer…

- Les cornes des rhinocéros…

- Les défenses des éléphants, quoique nous pouvons les voir en vert…

- La barbe des netjerou…

- Leurs ailes bleues aussi… Et bien évidemment, cette liste est bien loin d’être exhaustive ! 

 

Une vraie symbolique en somme :

- La sexualité entre les êtres humains,

- L’immortalité,

- La soumission, 

- L’infini,

- ...

 

Et comme vous savez, le bleu fut utilisé pour représenter les netjerou :

- Par exemple, le netjer Amon, dont la couleur devait évoquer son aspect cosmique...

- On vit aussi certains netjerou à la barbe mais aussi aux ailes bleues !

- …

 

Voici maintenant une nouvelle statuette de notre hippopotame bleu !

Celle que nous admirons ici faisait partie en vérité d'un "couple de statuettes"...

Nous sommes au sein d'une fosse, celle d'un intendant, Senbi.

De la 12e dynastie.

Source

 

Vous savez peut-être ?

Trois de ses jambes furent visiblement restaurées !

 

- Avaient-elles véritablement été brisées volontairement comme d'aucuns semblent le suspecter ?

 

- Le furent-elles à des fins de protection ? Et ce vis-à-vis évidemment de Senbi II, dans l'au-delà. Senbi II à Meir, un site de la Haute-Égypte à une trentaine de miles au sud d'Assiout moderne...
 

"William"...

Tel serait le "nom d'emprunt" de cette statuette au sein d'une collection du Metropolitan Museum of Art de New York !

Alors l'hippopotame mâle fut-il véritablement l'hypostase de Seth ?

 

Voici une petite histoire et ce dans la grande :

 

Souvenez-vous d'Apophis, ce pharaon et successeur de Khyan...

Nous sommes à la fin de cette domination étrangère que fut cette invasion Hyksôs : vous savez les fameux "faux amis" ! On remarquera au passage que les Hyksôs semblaient bien "s’égyptianiser" rapidement par l'emploie de la nomenclature d'Apophis !

 

Parallèlement, demeurait à Thèbes une famille princière égyptienne qui gouvernait la région thébaine... Gouvernait, certes, mais en reconnaissant la souveraineté d'Apophis ! Ainsi commença, en quelque sorte, la rébellion de la Haute-Égypte !

 

Ainsi je vous rappellerais ce texte provenant du règne de Seqenenre, il relatait ceci :


"(...)

Le roi Apopi

(Apophis)

envoya une lettre à Seqenenre

pour se plaindre que les hippopotames de Thèbes l’empêchaient de dormir

  (...)"

 

- Je subodore que cette plainte correspondait à un rituel, celui d'un certain sacrifice, à savoir celui de l’hippopotame ! Ce dernier fut bien l'hypostase du netjer Seth !

Le pharaon Apophis était un des fidèles de cette déité !

  

De fait...

Je suppute qu'il désirait que l'on arrêta ce genre de rituel !

 

- Apopi n'aurait-il pas finalement voulu montrer, de cette façon, que certains partisans thébains soumettaient l'idée de la reconquête du Nord, dont les vociférations revanchardes seraient parvenues jusqu'à lui... ?

 

- ... ?

 

Seqenenre rejeta alors la demande d’Apophis... S'ensuivit alors le fameux conflit et, comme vous savez, le "rejet à la mer des faux amis"...  

 

Et l'hippopotame aujourd'hui ?

 

Malheureusement, nous savons bien qu'il a disparu du Nil ! Paradoxalement à son abondance durant cette antiquité...

 

Serait-ce en fonction :

 

→ De la chasse ?

Les mastabas du Moyen Empire et de la Deuxième Période Intermédiaire nous montrent d'ailleurs certaines scènes de chasse à l'hippopotame...  Les nantis ainsi que pharaon bien sûr le chassaient au harpon au sein des marais du Nil. En les chassant d'ailleurs, le spouverain démontrait bien son rôle de protection, de puissance, d'invulnérabilité,...

 

Cependant, le faisait-il véritablement pour :

- Pour sa chair... ?

- Son cuir usité quant au bouclier ?

- Son ivoire : dents, défenses ?

- Sa graisse ?

- Ses excréments en médecine,... ?

- ... ?

 

→ De l'augmentation des terres cultivables ?

 

→ Des marais qui disparaissaient ?

 

→ ... ?

 

Autrefois...

 

Il faisait donc partie intégrante des animaux dangereux de Kemet l'antique, surtout le mâle !

 

En vérité...

L'hippopotame fut probablement une sorte de désastre en ce qui concernait les paysans car il devait ravager les champs pouvant certainement entraîner des famines...

 

Nos anciens avaient cette coutume d'aduler les animaux, surtout ceux qu'ils craignaient... Ainsi, désiraient-ils s'en approprier, en tout cas, concernant leur protection divine ! 
 

Ceci explique certainement que l'on en retrouva sous la forme de statuettes de couleur bleue dans les hypogées :

- Hippopotame dans son milieu,

- Principalement sous le Moyen Empire comme nous l'avons déjà mentionné !

- ...

 

Référons-nous à cette petite statuette bleue...

Nous voyons bien que cet animal fut souvent représenté avec des plantes, des...

 

Cela devait probablement correspondre à ce marécage primordial, le fameux Noun :

 

"C'est dans le Noun

 

      que tout être naît" !

 

Alors cette sublime statuette...

 

Elle devait en fait avoir la fonction d'annoncer la "renaissance", celui du défunt bien sûr !

 

Cela traduisait bien chez nos anciens toute une symbolique !

Ainsi, dès les premières pyramides et jusqu’à Alexandre le Grand nous avons cette opportunité d'y découvrir des scènes de chasse à l’hippopotame !

 

Source / Isabella Faroppa Soliman

 

A fin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

       • Sources...

 

Collection "Passion de l'Égypte" Editions Atlas 2003.


Erman, Adolf et Hermann Ranke (1994 (1948)). La civilisation égyptienne, trad. de l’allemand par Charles Mathien, Paris, Payot, 749 p.

 

Nadine Guilhou, Janice Peyré "La mythologie égyptienne" Marabout - 2005.

 

Bolshakov, A.: Egyptian Hippopotamus Amulet, in: "Hermitage Readings". The George Ortiz Collection, St. Petersburg (12 April 1993), page 4-6, 24.

ANIMAL-EGYPE

Philippe et Marie Huet
Préface d’Alain Zivie

db : E25

 

 

      Sitographie...

 

Wikipedia  

 

 

      •Taggé avec :

 

Parcours thématiques...

 

Les dynasties...

Clé de VIE

 

 

Aphorismes...   

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...   

 

"Ne sois pas méchant,

la maitrise de soi est bonne.

 

Fais-toi un monument durable par l’amour que tu laisse.

 

Fais plier la foule et éloigne d’elle la flamme.

 

Un peuple riche ne se lève pas pour se révolter.

 

Ne l’appauvris pas de sorte qu’il ne soit pas poussé à la révolte.

 

Car c’est le pauvre qui fomente le trouble enrichi paysans et citadins et l’on rendra grâce à dieu pour tes dons.

 

Honore les grands mais veille au bien être de tes gens.

Aktoes

 

 

aimé

 

jean-claude

 

Voici l'un des véritables ancêtres de cette terre africaine, l'hippopotame au sein de l'Égypte antique !
Voici l'un des véritables ancêtres de cette terre africaine, l'hippopotame au sein de l'Égypte antique ! Voici l'un des véritables ancêtres de cette terre africaine, l'hippopotame au sein de l'Égypte antique !

Partager cet article

Aimé Jean-Claude Le site d'Aimé Jean-Claude - dans Animaux en Égypte antique
commenter cet article
4 mars 2015 3 04 /03 /mars /2015 22:55
ânkh et sa newsletter consacrée à l'activité du mois de février 2015...

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com  

 

Bonjour,    

Veuillez trouver ci-dessous les dernières publications du site d'Aimé j-c...

 

Source / Тайны Великой пирамиды

 

L'Histoire est en mouvement perpétuel !

 

Ne sommes-nous pas, nous-même, les acteurs qui feront celle de demain ?

 

De la même manière...

Considérons l’enseignement en général et prenons l’exemple de l’Histoire justement ! Et plus particulièrement celle des religions, mais également de leur fonctionnement : n'est-elle pas mise de côté par notre propre éducation nationale ?

 

De ce fait…

Une certaine inculture ne se serait-elle point mise en place ? Il me semble bien que pour "croire" en "quelque chose" il faut au moins savoir ce dont il s’agit et ce afin, en quelque sorte, de pouvoir comprendre, pour finalement probablement y adhérer,… !

Cette ignorance se traduit bien souvent par l’emploie de phrases sorties de leur contexte, une lecture moderne, parfaitement désacralisée…

Alors, paradoxalement…

Auriez-vous constaté, comme j’ai pu le faire à maintes occasions du reste, que même l’érudition que l’on supposerait présente au sein des croyants, n’existe plus suffisamment, voir même aurait atteint le domaine de l’inconsistante,… !

 

Alors…

Comment pouvons-nous encore nous étonner des dérives que nous sommes à même de côtoyer et ce pratiquement chaque jour comme l’intolérance, le non-respect d’autrui, la "non écoute de l’autre", les aprioris, le sectarisme, le radicalisme,…

Des dérives...

Elles pourraient bien conduire, et ce inévitablement, à la barbarie surtout lorsque nous sommes confrontés à des personnes quelques peu désespérées !

Souvenez-vous de cette situation qui ne date pas d’hier, et ce si nous pensons à la guerre sainte qui ne vit le jour qu’au 9e siècle… !

Et quoique nous puissions en penser, cette violence est parfaitement intrinsèque à notre espèce ! De plus, cette dernière n’a finalement plus d’équivalence dans le monde moderne, alors elle se trouve contrainte de se retourner contre elle-même tant l’agressivité et la résilience vis-à-vis de sa survie font partie du génome…

Atavisme ?

 

Ainsi…

Ne faudrait-il pas que chaque domaine respectif puisse à nouveau (En quelque sorte...) réaliser leur travail d’éducation, de clarification, de… ? Car il semblerait bien que notre société moderne vit dans de bien grandes confusions ! Paradoxalement au fait que nous sommes à l’heure de la super-communication et ce à travers les réseaux sociaux notamment, les…

Super-rapidité…

Super-communication… Tout cela c’est parfaitement agréable et j’y adhère bien évidemment, quoique... ! Nonobstant, la contrepartie à cela ne serait-ce point le côté superficiel des connaissances… ! (?)

 

Nous sommes bien au sein d’une ère emplie de connaissances, qui de plus est, à une bien plus grande échelle qu'autrefois !

Cependant...

N’en demeurent-elles pas moins superficielles… ?

L'indécence du superficialisme communicant a atteint son paroxysme avec l'instrumentalisation, la mise en abyme, la manipulation en catimini et ce à de plus grande échelle encore,…

 

Il y a peu de temps maintenant on me conseilla d’établir des titres moins ambigües, plus explicites, plus courts…

Un titre de plus qui se devait en quelque sorte de devenir une conclusion ! (???)

Alors...

Plus besoin de lire l’article finalement puisque la thématique comme la conclusion de l’auteur se trouverait dans le titre !

Superficialité encore et toujours… Ce qui me choque ainsi c’est que le lecteur puisse prendre argent comptant la conclusion de l’auteur sans savoir quel serait le cheminement qui aurait alors permit d’atteindre une telle conclusion…

 

Alors :

- D’un titre…

- D’un claquement de doigts, à la manière du non moins fameux "ange" Mimie Mathy…

- … S’envole le libre arbitre, le vôtre bien évidemment ! Alors, si cela n’est pas du superficiel, de la manipulation,… !

 

Cette inculture ne proviendrait-elle pas aussi, en partie du moins, de là ?

De ce superficialisme… ?

   

"Quand on étudie le passé,
 

il est impossible de ne pas jeter
 

un regard sur l’avenir’"
Arnold Toynbee

 

Clé de VIE

 

En espérant que vous prendrez autant de plaisir à lire mes textes que j'en ai eu à vous les écrire !

 


 


Source

 

Serait-ce une véritable peau d'animale ?

Aurait-elle vraiment renfermée les membres de la dépouille d'Osiris ? Et ce faisant suite aux recherches de la grande netjeret Isis...

 

En tout cas...

Nous la voyons bien disposée en quelque sorte autour d'un poteau ! De plus, elle semble attachée en sa partie inférieure à l'aide d'un nœud, la reliant à ce que d'aucuns parfois nomment, le spectre-sekhem, le poteau !

 

Une peau d'animal :

 

- Pour les grecs, cela serait vraiment une "peau de faon" ?

 

- Si nous nous référons au fameux papyrus Jummilac cela devait-être une sorte d'outre en peau d'animale ! Elle devait alors servir à envelopper les membres dispersés d'Osiris tout comme d'ailleurs les humeurs provenant du défunt !

 

- D'aucuns mentionnent aussi la condamnation d'Horus ! Il avait souvenez-vous manqué de respect à sa propre mère la grande Isis...

De fait, il aurait été écorché vif !

Hathor...

Hésat s'occupa du netjer et ce en déposant une goutte de son propre lait au sein de sa peau arrachée !

 

- Quant au sujet de notre thématique, le netjer Nemty, il semble bien avoir été condamné par Râ lui-même, et ce, à être écorché vif ! Souvenez-vous, il avait coupé la tête de sa mère Hathor ou Hésat...

Ce fut bien ainsi que Thot intervint en remplaçant la tête d'Hathor par celle d'une vache !

Quant à Anubis...

Il sembla livrer la même peau de Nemty à sa mère ! Elle la revivifia comme vous savez au moyen de son propre lait...

 

Bien plus tard...

Il est vrai que cette même peau fut attribuée davantage à Anubis qui du reste en devint le gardien, en quelque sorte !

 

Une enveloppe qui devait alors parfaitement protèger les transformations du défunt !

 

Ainsi pouvons-nous synthétiser :

→ Nébride (n.f) = Imy-wt... Imy-Ou, un véritable terme des plus ardus à interpréter !

 

Avec :

→ imy = "Celui qui est dedans"...
→ wt = "Une enveloppe qui protège les transformations du cadavre"... 

 

Au tout début de l'ère pharaonique...

Après la rupture...

Les corps ne furent-ils pas finalement enveloppés dans des peaux de bêtes ?

Des outres en peaux de bête usitées par nos anciens afin de conserver le lait, fabriquer le beurre (Baratte...),...

 

Source

 

fleche_detouree.jpg   Lire l'article en ligne…

 



Nous sommes au niveau du registre inférieur d'Akhethétep

et

de son banquet !

Source

 

Quatre personnages vêtus d’un simple pagne dont nous sommes à même de distinguer une ceinture et même son nœud :

- Accroupis,

- Un genou à terre,

- Il se faisait bien face et ce visiblement par paire !

Un harpiste et un chanteur...

Un flûtiste et un second chanteur...

 

Comme vous savez...

Les grands de cette époque possédaient leur propre "orchestre" qui devait d'ailleurs, croyons-nous, accompagner les repas !

Ainsi...

Même dans l'Égypte antique...

Les buffets comme les fêtes d'ailleurs devaient bien être accompagnés de musique ! D'ailleurs, nous en avons la confirmation notamment grâce au mastaba d’Akhethétep, que nous pouvons admirer au Louvre...

 

 "Jouer de la flûte ;

chanter.

Jouer de la harpe ;

chanter."


La musique de nos anciens aurait-elle laissée quelques traces transcrites sur quelques papyrus ?

Voilà une question que nous avons essayé d'aborder au sein de cette thématique... Bien légitime finalement  cette interrogation puisque nous connaissons bien certaines paroles de certains de leurs chants, alors pourquoi pas nous demander... ! (?)

 

Ainsi...

Et cela bien souvent...

Nous sommes à même d'admirer des scènes qui nous dévoilent notamment un curieux personnage, nous dénommerons, le chironome !

 

 N'indiquait-il pas au moyen :

- D'un mouvement de bras...

- D'un geste de la main...

- ... Ce qui aurait pu être une partition, le rythme à réaliser,...

 

C'est comme cela que le flûtiste pouvait utiliser une longue flûte (m3wt) dite traversière,... D'ailleurs, d'aucuns suggèrent bien une correspondance actuelle, elle pourrait bien se trouver lorsque nous regardons le nay arabe, qui semble véritablement de même facture que ces instruments anciens.

 

Et que dire de ce chanteur ?

Il semble mettre un genou à terre, comme les autres musiciens du reste ! Vous aurez remarqué qu'il s'obstruait une oreille ! Le faisait-il vraiment afin de mieux percevoir sa propre voix ?

 

Et n'oublions pas le harpiste ! Son instrument est du reste bien courbe et tenu grâce à son épaule, mais également avec son genou...

 

Nous sommes bien au sein de la 18e dynastie...

Sous le règne d'Horemheb...

Source

 

fleche_detouree.jpg   Lire l'article en ligne…

 

 




 

Une netjeret coiffée de la dépouille d'un vautour

ainsi que de la couronne blanche de la Haute-Égypte...

Elle prit parfois d'ailleurs la forme d'un vautour !

Un animal protecteur de la royauté de la Haute-Égypte qui est bien souvent lié à l'image du souverain accompagné de l'Ouadjet, cette déité cobra de la Basse-Égypte.

 Source / © Lien  / © Véronica Basallo 

 

Elle devait d'ailleurs cette prérogative à son statut de maîtresse de la ville d'el-Kab !

L'ancienne capitale du sud du pays et ce avant l'unification des "Deux Terres"...

 

Nekhbet fut :

 

- Protectrice du pharaon : elle devait bien veiller sur lui ! Tout comme lui apporter du pouvoir et des victoires,…

 

- Mais elle préservait aussi les terres du Sud !

 

- Ainsi, elle fut associée à la netjeret cobra, l’Ouadjet, qui fut bien quant à elle le symbole de Basse-Égypte !

 

- Ne dit-on pas que Nekhbet fut aussi liée aux mines ? Ne les protégeait-elle pas aussi ?

Souvenez-vous...

Un des sanctuaires à el-Kab se situe en effet à l’ouverture d’un oued qui menait visiblement aux mines de Barramiah... Ainsi, ne fut-elle pas, ce que d'aucuns suggèrent, cette maîtresse, celle de cette vallée désertique ? 

Elle protégeait les mines !

 

-…

 

Nous sommes bien au sein d’un des nombreux symbolismes que connus Kemet car les deux divinités représentaient l’unification des deux terres ! Souvenez-vous de la nomenclature du souverain, le nom de Nebty, deuxième nom de la titulature des pharaons.

De plus…

La mère du pharaon devait bien régner au sein de la maison du souverain. La blanche Nekhbet ne le faisait pas moins ! Ne fut-elle point cette "maîtresse du Palais de de Haute-Égypte" ?

 

Ainsi, afin de connaître ses origines, il nous faut remonter aux ères prédynastiques !

Les chercheurs subodorent que cela devait correspondre au temps où, sur les rives de l’Itéru, en cette région d’el-Kab, les gens adulaient d’impressionnants et d'inquiétants grands volatils qui devaient probablement tournoyer au-dessus d’eux, dans le ciel !

Les vautours…  Nekhbet fut ainsi native de Nekheb, actuellement el-Kab…

 

La cité de Nekheb...

L'ancienne Eileithuyapolis des Grecs...

Elle avait pour animal sacré le vautour qui représentait la netjer Nekhbet,

la tutélaire de Haute-Égypte.

Source

 

cliquer ici Lire l'article en ligne…  

 



201141221757_chapeau_felicitation_ssc-copie-2.gif

 "On ne doit jamais écrire que de ce qu’on aime.

 

L’oubli

et

le silence sont la punition

qu’on inflige à ce qu’on a trouvé laid ou commun,

dans la promenade à travers la vie"
Ernest Renan

  lhp3.jpg

 

 

  aimé

jean-claude

 

"Ils ne savaient pas que c'était impossible,

alors ils l'ont fait"

Partager cet article

Aimé Jean-Claude ânhk, le blog d'Aimé Jean-Claude - dans Diverses
commenter cet article
27 février 2015 5 27 /02 /février /2015 22:41

ankh hiero    

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com   

 

Nous sommes bien au sein d'une véritable dualité antique !

Nebty...

Les "Deux dames" !

 

Et ce avec :

- Ouadjet...

- Nekhbet... "Celle de Nekhbet", visiblement sa véritable cité d'origine, d'ailleurs si vous préférez, l'on pourrait la mentionner comme Nekhabit !

 

 

589px-The_KV55_Pharaoh-s_Vulture_by_Ulises_Muniz.jpg

Pectoral vautour royal...

On le découvrit placé sur la tête même du pharaon dans l'hypogée KV55...

Le vautour a été affiché à l'exposition d'art 2007-2008

et ce à Monterrey, au Mexique.

Source / Lien

 

Une Netjeret vautour...

Celle du sud de Kemet...

Nekhbet...

Ainsi apparaît-elle en Haute-Égypte et plus précisément comme vous savez à Nekheb, l'une des plus anciennes cités du pays antique, aujourd'hui el-Kab ! Nous nous trouvons alors sur cette rive droite de l'Itéru, à environ 85 km de la fameuse ville de Louxor, celle que nous apprécions tant...

 

Nekheb était la ville grecque d'Eileithyiapolis ! Souvenez-vous, les chercheurs y auraient visiblement découverts des traces humaines préhistoriques qui remonteraient à 6 000 avant l'ère du Christianisme !

 

Nous sommes bien au sein finalement de deux cités :

- eL-Kab de Nekheb à l’est du Nil…

- Et Nekhen bien plus ancienne encore, maintenant connue sous le nom d'el-Ahmar, le monticule rouge, sur la rive opposée… Les deux villes étaient des centres religieux en cette période prédynastique !

 

Ainsi...

Jusqu'à la 18e dynastie...

Nekhbet fut la capitale comme vous savez du troisième nome d'Égypte (Région si vous préférez) !

 

La netjeret vautour...

Elle fut dénommée parfois la divinité dangereuse ! Et elle semble bien avoir été adulée au sein d'un vaste sanctuaire dont, bien malheureusement, ne subsiste aujourd'hui qu'une énorme enceinte et ce en briques crues.

Aussi et, selon moi bien sûr, des fouilles archéologiques pourraient bien réserver, sur ce site, encore de bien belles surprises... !

 

Voici les murs d'enceintes d'el-Kab !

  Source / Lien

 

EG07-4284.jpg

Une cité fortifiée !

Source / Lien

 

Préambule...

Un petit rappel de ce que nous avons déjà traité sur ce sujet...

Si cela vous est nécessaire !  

 

Pour en savoir davantage sur cette formidable netjeret Nekhbet, je vous convie donc à suivre les liens (en jaune) : ceux-ci correspondent à des articles édités précédemment ! 

 

Qu'avons-nous donc découvert, à ce sujet, dans les articles précédents ? 

 

Tout un programme...

Que nous venons simplement d'effleurer ici...

 

→ Article n°1 : tout un symbole ce vautour !
→ Article n°2 : la couleur blanche lui était affiliée...
→ Article n°3 : le vautour blanc d’Égypte fut bien son emblème...
→ Article n°4 : Nekhbet et Ouadjet…
→ Article n°5 : le nom des "deux maîtresses"...

→ Article n°6 : Nekhbet et l'éternité...

 

Nekhbet.

Temple de la reine Néfertari à Abou Simbel.

Source / Lien

 

Plan de l'article...     

 

Nekhbet, une divinité vautour titulaire du Sud...
Nekhbet...

Dans la légende d'Osiris...

Un véritable témoignage...

→ Une concentration du culte dans la cité d'origine de cette divinité...

Quelques représentations de la netjeret Nekhbet...

 

af305b37c0663b1118a82b7b1e83bfe2.jpg

Nekhabit...

Découvert en 1922 dans la vallée des rois par Howard Carter !

Source  

 

Nekhbet, une divinité vautour titulaire du Sud...

 

Une belle analogie que celle de l'Ouadjet...

Cette netjeret cobra qui elle représentait comme vous savez, le Nord !

 

La première portait la couronne blanche du sud...

Alors que la seconde, la couronne du nord...

Réunies...

Les deux couronnes témoigneront alors et ce sur la tête de pharaon de cette belle et grande unification de Kemet. A cet effet d'ailleurs, souvenez-vous, le pays fut bien nommé les "Deux-Terres", "Terre des deux maîtresses",...

 

Nekhbet...

 

Comme Ouadjet...

Son homologue finalement, provenant du delta, elle avait bien pour vocation de veiller sur le souverain mais également, sur son entourage ! Nous retrouvons d'ailleurs cette image du vautour aux ailes protectrices tant elles sont grandes et déployées et ce sur les bijoux royaux et ce aux différentes ères...

 

Dans le célèbre temple que vous connaissez bien certainement, celui d'Hatchepsout, à Deir el-Bahari...

Au niveau de la deuxième terrasse...

Nous trouvons cette très belle chapelle dédiée à Anubis ! Netjer s'il en est de la momification ; son décor d'ailleurs est très spectaculaire selon moi. Il réunit entre autre chose le fameux vautour Nekhbet, aux grandes ailes déployées ainsi que le cobra de la Basse-Egypte !

Tous deux semblent porteurs alors du légendaire signe Chen

Cette boucle de corde nouée...

Elle semble alors exprimer la course de Râ et ce tout en exprimant le fait que le pouvoir des deux déités s'étendait à tout l'univers...

 

Ainsi :

- Le pouvoir...

- Comme du reste le rayonnement mystique de Nekhebet et d'Ouadjet...

Tous cela grandirent ainsi au fil des dynasties !

 

Dans la légende d'Osiris...

 

Nous nous projetons alors au sein de cette mémorable époque de Ramsès...

1500 ans avant l'ère du Christianisme...

Nekhbet y joua alors véritablement un rôle important, et ce, entre autre chose, sous les traits d'une netjeret des naissances !

 

Ainsi dans certains papyrus...

Un rôle bien essentiel lui fut prêté auprès d'Horus, fils d'Isis comme vous savez et qui décida de tuer son oncle Seth, meurtrier lui-même de son frère.

 

Lorsqu'Isis partit à la recherche des morceaux du corps de son époux, c'est à dire Osiris...

Souvenez-vous...

Seth les avait alors jetés dans les marécages du delta ! Ce fut bien aux puissances divinisés i.e. Nekhbet et Ouadjet qu'elle confia Horus, cet ancêtre divin de tous les pharaons...

 

Un véritable témoignage...

C.Perry, View of the Levant, 1743...

 

Ainsi un voyageur du 18e siècle sembla témoigner de son passage et ce au milieu des ruines du temple de Nekhbet à el-Kab.

 

Le voici finalement arrivé dans cette salle hypostyle qu'érigea visiblement Khenemmarê, pharaon de 29e dynastie :

 

"En un endroit nommé Kaab

[...]

nous découvrîmes quelque chose ressemblant à (un monument) antique.

[...]

nous sommes arrivés aux vestiges d'un ancien temple, comprenant six piliers en deux rangées,

avec leur toiture intacte.

 

Un peu plus au nord

se trouvent les fragments de nombreux autres piliers brisés, ainsi que d'autres ruines considérables,

portant de curieux hiéroglyphes..."

 

Une concentration du culte dans la cité d'origine de cette divinité...

 

Ainsi...

Plutôt que de fêter Nekhbet dans tout le pays comme nous pourrions aisément supposé...

Pharaon sembla bien concentrer son culte au sein même de la ville d'origine de notre déité, à savoir, el-Kab...

 

Ainsi...

Je subodore que le souverain devait venir en cette cité afin d'honorer la netjeret ! (?)

"Prier" probablement pour conforter sa protection...

Il la gratifiait visiblement de temples  !

Le faisait-il aussi quant aux fêtes en son honneur ?

 

Nous sommes au tout début des temps pharaoniques...

 

Nous pouvons y admirer la dualité des deux netjerout :

- L'Ouadjet,

- Et bien sûr Nekhbet, en bas de la photo, leurs ailes bien déployées en protection comme vous savez et, toujours l'anneau Chen...

Nekhbet est représentée sous sa forme de vautour portant la couronne Atef...

 

Nous sommes à Combo Ombos...

Au sein du plafond du temple Double d'Haroeris, Horus l'ancien et Sobek...

Source© Amentet Neferet

 

Source modifiée© Amentet Neferet

 

Ainsi...

Avant de baigner les rives de Louxor mais aussi d'Esna, le Nil fit d'abord un crochet devant la belle cité d'el-Kab ! Cette cité, bâtie sur la rive orientale de l'Itéru, faisait pendant à une autre qui lui fit face et ce sur la rive occidentale, Nekhen.

 

Toutes deux furent d'importantes cités aux tous premiers temps de la Kemet pharaonique.

 

Je pense savoir que les célèbres pharaons comme Narmer y exercèrent leur pouvoir !

Pharaons...

Prêtres...

Même le peuple y adulait déjà une netjeret vautour ! Elle répondait bien au nom de Nekhbet, "Celle de Nekheb", et ce sur cette rive orientale et on l'appelait "La blanche de Nekhen" sur la rive occidentale. En ces temps reculés, les pharaons de Haute-Egypte s'étaient placés sous la protection de cette divinité qui, bien rapidement, devint tutélaire de Haute-Egypte.

 

Notons au passage qu'à la même époque :

- Ouadjet, la déité serpent de Bouto, cette antique Pê, exerçait sa tutelle protectrice sur la Basse-Egypte...

- Nekhbet au nord... Quoique associées lors de l'union des deux pays, n'en garderont pas moins chacune leurs prérogatives !

 

Le temps passant...

La double cité de Nekhen / Nekheb fut reléguée au rang de centre provincial, supplantée alors par Esna ; et la netjeret perdit ainsi de son importance. A l'échelle de Kemet du moins, car dans sa cité d'origine, tout semble avoir été fait pour la vénérer avec faste et piété, et ce durant de nombreuse dynasties...

 

Quelques représentations de la netjeret Nekhbet...

 

Le vautour aux ailes déployées...

Il étendait ainsi ses ailes afin de symboliser la protection !
"Protéger"...

 

Vautour aux aile(s) déployée(s) :

 

G186 G186A G186B G186C G186D G187 G308

 

 

M22 D58 W24
X1
G14

 

 

  blanque.jpg

Le percnoptère...

Neophron percnopterus, L...

Vautour égyptien...

Source / Lien

 

 

http://3.bp.blogspot.com/_tgAYKejuY1E/S6-IYmQ_XZI/AAAAAAAAAVc/ZXIBzqly88Q/s1600/egypthepshepsutvulture.jpg

La netjeret Nekhbet...

 Gardienne de la Haute-Égypte !

Sous forme d'un vautour portant une amulette protectrice...

 

http://mythologica.fr/egypte/pic/ouadjet-%20nekhbet.jpg

Ouadjyt...

A droite Nekhbet...

Elle protégeait le pharaon Ptolémée VIII.

Temple d'Edfou.

En fait, Per aâ / pharaon fut couronné du pschent par Nekhbet et d'Ouadjet. 

 

http://www.lhce.lu/GuyBiver/Culture/Egypt/Elephantine/Khnoum_Nekhbet.jpg

  La netjeret-vautour Nekhbet...

Île Éléphantine.
Temple de Khnoum. 

 

Nekhbet's name

 

 

"Celui des deux Dames".

La netjeret Ouadjet dame de Bouto, dans le Delta...

La netjeret Nekhbet, la patronne d'El-Kab...
Les deux netjerout notaient parfaitement la dualité de la royauté !

Source


3193295860_6fd9de8d83.jpg

Nekhebet tenant l'anneau Chen !

Source / Lien

 

Mais voilà...

Il vous faudra attendre, un peu, afin d'en connaître prochainement la suite... 

 

  Cle de vie

 

  Je vous ai intéressé ?
Alors @ bientôt

 

Désinences... prochainement sur le même sujet... La netjeret Nekhbet...    

 

- ...

 

A fin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

Sources...

 

Collection "Passion de l'Egypte" Editions Atlas 2003


Erich Lessing et Pascal Vernus, "Les Dieux de l'Égypte" Imprimerie Nationale, Paris, Octobre 1998 - En Anglais, Traduction Jane M. Todd, The gods of ancient Egypt, George Braziller, Octobre 1998.

 

Dictionnaire de la Civilisation Égyptienne - Rachet Guy - Larousse

 

Ruth Schumann Antelme, Stéphane Rossini, Nétèr - Dieux d'Égypte 

 

Patai, Raphael 1990 (1978). The Hebrew Goddess : Third Enlarged Edition. Detroit, MI : Wayne State University.

 

Les Dieux de l'Egypte, l'un et le multiple.  Erik Hornung, Champs / Flammarion


Pinch, Geraldine (2004) Mythologie égyptienne : Un guide pour les dieux, déesses et les traditions de l'Egypte antique. Oxford University Press.

 

La Mythologie Égyptienne - Aude Gros de Beler - Editions Molière

 

Dieux et Déesses de l'Égypte ancienne -  Dr. Edouard Lambelet - Editions Lehnert & Landrock - 1989 - Les divinités de l'Égypte ancienne et comment les reconnaître.

 

Nadine Guilhou - Janice PEYRE : La mythologie égyptienne.  

 

Ziegler, Bovot, L'Egypte ancienne, Manuel de l'Ecole du Louvre, Paris, 2001, P. 194. 

 

Jean-Pierre Corteggiani, "L'Égypte ancienne et ses dieux", Fayard, p. 280. 

 

Sitographie...

 

Wikipedia

 

Taggé avec :

 

Parcours thématiques...

 

Les dynasties...

 

Netjerou, netjerout en Égypte antique !

 

   Clé de VIE            

 

Aphorisme...

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...

 

"Je suis devenu un homme

 

quand

 

j'ai commencé d'admirer."

Bernard  PIVOT

"Les mots de ma vie"

Paris, Albin Michel, 2011, p. 13

 

Alors, je suis devenu admiratif devant cette civilisation antique...  

 

        "Partir à la découverte des hommes du passé,

 

c'est d'abord vouloir s'abstraire,

 

autant qu'il est humainement possible,

 

de ce que notre propre civilisation a imprimé en nous."

  Dimitri Meeks

"Approche de la civilisation égyptienne" 

 

aimé

 

jean-claude

vie, force et santé.

Au premier temps pharaonique "Je suis la Blanche, la couronne du Sud", Nekhbet... (7) En Égypte ancienne !

Nekhbeb

Nekhbeb

Partager cet article

Aimé Jean-Claude ânhk , le blog d'Aimé jc - dans Netjerou - netjerout en Égypte antique
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 19:39

Partager cet article

Aimé Jean-Claude
commenter cet article
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 20:04

Une renaissance en quelque sorte…

 

J’ai toujours pensé que dans la vie rien n’est véritablement pérenne ! Et j’en suis arrivé à subodorer que ce qui l’est vraiment, c’est bien le changement !

 

De fait…

Je pourrais me considérer tout à fait gâté par les évènements existentiels !

 

Nonobstant…

Hier (Jeudi 19/02/2015) mon hébergeur a, sans que je puisse interférer, changé sa configuration ! www.aime-free.com

Ce qui entraina non seulement la disparition de certains de mes articles (?) mais également un reformatage quant à un grand nombre de rédactions…

 

Je m’attendais à des changements et ce prochainement, cependant je dois vous avouer que j’avais sous-estimé leurs importances !

 

Gérer c’est prévoir !

Alors à cet effet, j’avais créé un site il y a cela quelques mois maintenant, cependant le temps me manquant, son élaboration est toujours en cours : www.aime-jeanclaude-free.com  

De plus le transfert de mes articles n’a pas pu être réalisé en temps et en heure…

 

Je me vois par conséquent contraint de reformater un à un tous mes articles, cela sera bien fastidieux je dois le reconnaître, cependant la vie fit que je possède un certain degré de résilience…

 

Tout simplement pour vous informer et présenter mes excuses pour les gênes de présentations qui devront subsister un temps certain, celui nécessaire au reformatage…

 

Merci quant à votre soutien et compréhension…

Partager cet article

Aimé Jean-Claude Le site d'Aimé Jean-Claude - dans Diverses
commenter cet article
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 22:45

ankh hiero 

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com   

 

La peau d'animal et la nébride Imy-wt...

 

                               220px-Imiut_fetish.svg.png

Ce fétiche d'Imiut

(ỉmỉ-wt)

fut bien bien un symbole énigmatique !

Uni bien sûr à Osiris...

Il symbolisait visiblement une peau d'animal décapitée

et

attachée à un poteau et ce inséré dans un contenant...

Ils sont bien souvent par paires !

 Source Lien 

 

Vous aurez certainement remarqué ce bouton de lotus !

Un autre symbole de cette civilisation...

Il semblait alors œuvrer à la manière d'un nœud !

 

"Deux nébrides sont visibles sur le sol du pavillon.

 

Chacune se compose d'un vase,

duquel émerge un pieu

rappelant les montants d'une cabine de bateau.

 

Autour est attachée une outre faite d'une peau de bête

dont la tête et les pattes postérieures ont été enlevées.

 

Les pattes antérieures sont attachées au pieu,

tandis que l'extrémité de l'outre

se prolonge en une sorte de tire-bouchon

terminé par une fleur de lotus ouverte.

 

Selon Moret,

il s'agirait de l'outre-shed du pressurage du raisin dans les scènes de vendange,

autre expression du sang d'Osiris.

 

Dans cette peau s'opèrent les mystères de la gestation."

 

  imiut.jpg

  Voyez...

Osiris est flanquée de deux fétiches Imiut...
Hypogée de Sennedjem...

Source Lien   

 
La divinité semble bien entourée de symboles, ceux de la Renaissance !

Voici Osiris !

Souverain des défunts comme vous le savez et netjer de la fertilité, c'est bien une de ses caractéristiques... De plus avec sa couronne qui est surmontée par le disque solaire.

 

Voyez également :

- Le fléau...

- Le "bandage" serré à la manière d'une momie...

- Le visage, comme du reste les mains, sont de couleurs vertes relatives à la renaissance !

- Vous aurez alors certainement remarqué, de chaque côté du netjer les deux fétiches Imiut comme d'ailleurs l'œil d'Horus afin de voir le monde extérieur...

 

D'ailleurs, on trouva me semble-t-il le tout premier exemplaire en 1914 et ce au sein de la pyramide de Sésostris I !

 

Préambule...

Un petit rappel de ce que nous avons déjà traité sur ce sujet...

Si cela vous est nécessaire ! 

 

Pour en savoir davantage sur ce netjer Nemty, je vous convie donc à suivre les liens (en jaune) : ceux-ci correspondent à des articles édités précédemment ! 

 

Qu'avons-nous donc découvert, sur ce sujet, dans les précédents articles ? 

 

Tout un programme... !

Que nous venons simplement d'effleurer ici...  

 

→ Article n°1 : victime de son propre comportement... !


→ Article n°2 : un netjer faucon...

→ Article n°3 : la nébride... 

 

La peau d'animal et la nébride Imy-wt...

Ainsi...

La compréhension de ce signe n'est en vérité pas aussi immédiate que nous pourrions imaginer, et selon moi elle semble avoir été résolue par S. Hendrickx...

Alors si nous sous référons à ce spécialiste, ce qui suit signifierait bien une peau animale écorchée et tendue sur des bâtons, du moins en ce qui concerne la période de Nagada...

1-152e79ead5-modifie.jpg Representation-d-une-peau-ecorchee-tombe-de-Nakht-Min--f.jpg

Représentation d'une peau écorchée....

Hypogée de Nakht-Min...

Fin de la 18e ou début 19e dynastie...

Source / Lien

 

Plan de l'article...   

 

→ Les fétiches Imiut les plus connus…

 

→ Netjer...

 

→ Anty fut de fait puni par les netjerou...

 

→ Le taureau écorché... 

 

→ Lors d'une altercation les opposants...

 

Extrait du papyrus Jumilhac (VANDIER Jacques, Le papyrus Ju

Voici donc un extrait du papyrus Jumilhac...

© Vandier Jacques, papyrus Jumilhac, CNRS, Paris, 1961.

 

Les fétiches Imiut les plus connus…

 

Le but quant à l'existence même d’Imuit semble être encore un sujet plein de débats malgré le fait qu’il est bien documenté !

→ Il fut partie intégrante des rites funéraires…

→ Il aurait aussi par exemple joué un rôle important dans les célébrations des fêtes "Heb Sed"…

→ ...

 

En tout cas, les représentations les plus connues aujourd'hui semblent bien se trouver au sein de la :

 

- Chapelle d'Anubis et ce dans le temple funéraire d'Hatchepsout...

Il fut d’ailleurs parfois appelé le "fétiche Anubis" !

 

- Ainsi que dans l’hypogée du légendaire pharaon-enfant Toutânkhamon...

 

- …

 

Un netjer...

 

Un marin...

Dont la mission aurait été visiblement d'aider les netjerou(t) à franchir les fleuves !

Ils furent bien nombreux dans le monde des ténèbres... 

 

Il joua alors un rôle important lors du procès entre Seth et Horus, autour de l'héritage d'Osiris. Et comme vous savez, Râ ordonna alors aux juges de se rendre sur une île où aucune netjerout ne devait y être admise !

 

Nemty...

Il reçut ainsi l'ordre de ne transporter que les netjerou (Ceux de sexe masculin...) !

 

Nonobstant...

Au moyen d'une importante contrepartie, il accepta quand même la fameuse magicienne que fut la netjeret Isis ! Et pour que cela puisse se faire sans encombre, elle fut dissimulée sous un déguisement...

 

Arrivée sur la fameuse île...

Elle se transforma alors en belle jeune fille ! Ce qui lui permit finalement d'arriver à séduire Seth et obtint de cette manière la preuve de la culpabilité du netjer !

  Anti

 

"Le passeur des netjerou"

Une divinité

qui devait permettre aux membres du panthéon de pouvoir traverser l'Itéru...  

    divinite-lhistoire-mouvementee-anty-taureau-e-L-ZWtz0d.jpeg.jpg

Voici un autre netjer faucon !

Vous l'aurez bien compris, nous sommes ici, bien en présence de Râ-Atoum...

Source / Lien

 

Anty fut de fait puni par les netjerou...

 

Ils lui sectionnèrent quand même les dix orteils... !

 

Nous noterons au passage qu'en chatiant ainsi ce jeune Anty, Râ donna naissance à une dépouille de taureau, aussi interprétée comme étant une peau de vache !

 

Notons aussi que cela fut bien dans ce type de peau...

Tannée...

Puis cousue, que nos anciens conservaient le lait de la traite ! Et en tant que telle, la nébride, nomenclature finalement donnée à cette outre de lait, devenait la fille d'Hesct, la mère d'Anty !

 

Ce fut bien une croyance fort ancienne, puisque comme vous savez, elle remonterait jusqu'aux Textes des Pyramides, et ce probablement à l'origine de l'histoire du papyrus Jumihac (Déjà mentionné !)... 

 

Le taureau écorché...

 

L'aspect que semblait révéler parfois Anty...

Celui figuré par une dépouille de taureau écorchée, pendant à un mat, devait avoir en effet de quoi surprendre quelque peu !

 

Voici bien une iconographie qui ne s'explique qu'à la lumière finalement des textes antiques !

En l'occurrence...

Un extrait du célèbre papyrus Jumihac... Le texte met alors parfaitement bien en scène le jeune netjer avec sa mère, Hésat, netjeret de la cité d'Atfihi et ce dans le fameux nome d'Aphroditopolis...

 

Lors d'une altercation les opposants...

 

Anty vint donc à trancher la tête de sa propre mère !

 

Anti.jpe.jpeg

 

Le bas-relief du temple d'el-Khargeh.
© Vandier Jacques, Le papyrus Jumilhac, CNRS, Paris, 1961.

 

Une scène que l'on peut d'ailleurs retrouver comme vous pouvez constater ici sur un bas-relief de Kharga !

 

Râ ayant appris la nouvelle ne put que condamner un tel acte ! Et comme nous l'avons déjà dit, le verdict sembla de fait bien sans appel : Anty sera dans cette version écorhé vivant ! C'est bien cet Anty condamné et donc écorché que nos anciens représentèrent sous cette forme de dépouille sanguinolente.

 

Cet acte barbare...

Commis par Anty...

Il n'est pas sans vous rappeler je pense, un autre geste, celui de la décapitation d'Isis par son propre fils, là également i.e. Horus !

Souvenez-vous...

Cela fut bien évoqué au sein du papyrus ramesside Chester Beaty... 

 

Désinences... Prochainement sur le même sujet à savoir le netjer Anty... 

 

- Le retour à la vie,

- Anty face à Isis,

- Anty, puni.

- ...  

 

Alors, à suivre...

J'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire mes textes que j'en ai eu à vous les écrire !

                                                                  Clé de VIE 

- Anty...

- Antywy...

- Nemty...

- ...

 

 

medinet_copte--125-.JPG

La barque Henou de Sokaris...

Elle est posée sur une sorte de traineau !

Voyez en son centre une butte...

Elle se situe au temple d'Hathor à Deir el-Medineh...

Anty ne devait pas être bien loin même si finalement la fête de Sokar fut

un symbole relatif à Nefertoum !

Source / Lien

    Le-papyrus-Jumihac--Louvre--histoire-d-Hesat-et-d-Anty--er.jpg

  Le papyrus Jumihac...

Louvre...

Histoire d'Hésat et d'Anty...

Période Ptolémaïque.

 

A fin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

    • Sources...

 
Pinch, Geraldine (2004) Mythologie égyptienne : Un guide pour les dieux, déesses et les traditions de l'Egypte antique. Oxford University Press. pp 186-187

 

Collection "Passion de l'Egypte" Editions Atlas 2003


Erich Lessing et Pascal Vernus, "Les Dieux de l'Égypte" Imprimerie Nationale, Paris, Octobre 1998 - En Anglais, Traduction Jane M. Todd, The gods of ancient Egypt, George Braziller, Octobre 1998.

 

Dictionnaire de la Civilisation Égyptienne - Rachet Guy - Larousse

 

Ruth Schumann Antelme, Stéphane Rossini, Nétèr - Dieux d'Égypte 

 

Patai, Raphael 1990 (1978). The Hebrew Goddess : Third Enlarged Edition. Detroit, MI : Wayne State University.

 

Les Dieux de l'Egypte, l'un et le multiple.  Erik Hornung, Champs / Flammarion

 

La Mythologie Égyptienne - Aude Gros de Beler - Editions Molière

 

Dieux et Déesses de l'Égypte ancienne -  Dr. Edouard Lambelet - Editions Lehnert & Landrock - 1989 - Les divinités de l'Égypte ancienne et comment les reconnaître.

 

Nadine Guilhou - Janice PEYRE : La mythologie égyptienne.  

 

Ziegler, Bovot, L'Egypte ancienne, Manuel de l'Ecole du Louvre, Paris, 2001, P. 194. 

 

Jean-Pierre Corteggiani, "L'Égypte ancienne et ses dieux", Fayard, p. 280.

 

La peau animale nagadienne et la nébride IMY-WT= The Nagadian Animal Skin and the Nebrid IMY-WTmore by Gwenola Graff.

 

      Sitographie...

 

Wikipedia  

 

      Taggé avec :

 

Parcours thématiques...

 

Les dynasties...

 

Netjerou, netjerout en Égypte antique !

                                                                  Clé de VIE

 

 

Aphorismes...   

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...    

 

"L'homme doit s'élever au-dessus de la Terre

aux limites de l'atmosphère

et

au-delà

 

ainsi seulement pourra-t-il comprendre tout à fait le monde dans lequel il vit."
Socrate

 

Fichier en PDF...

 

Nemty 2 Une divinité à l'histoire mouvementée, Anty le taureau écorché... (4) en Égypte antique !  

 

aimé

 

jean-claude

 

"Ankh, Oudja, Seneb"

                                 Vie éternelle

                                                         Lumière   

                                                                              L'Amour véritable           

 

12 Antaeopolis Pi-Anti Déesse lionne Matit remplacée plus tard par le dieu faucon Anty - See more at: http://mythologica.fr/egypte/nomehaut.htm#sthash.YsLRHqLb.dpuf

 

12 Antaeopolis Pi-Anti Déesse lionne Matit remplacée plus tard par le dieu faucon Anty - See more at: http://mythologica.fr/egypte/nomehaut.htm#sthash.YsLRHqLb.dpuf

Partager cet article

Aimé Jean-Claude ânhk, le blog d'Aimé Jean-Claude - dans Netjerou - netjerout en Égypte antique
commenter cet article
3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 22:50

 ankh hiero

 

www.aime-free.com  

 

ww.aime-jeanclaude-free.com    

 

Insensible ?

Comment pouvons-nous l’être ?

 

Et cela lorsqu’il s’agit de musique !

Ne nous ferait-elle donc pas vibrer ?

Ne serait-ce point parce que notre cerveau établit alors une sorte de passerelle entre les sons ainsi que nos émotions ?

 

Toutes les différentes de cultures humaines que nous connaissons semblent écouter de la musique ! Cependant, est-ce suffisant pour pratiquement affirmer qu’elle pourrait-être universelle ?

Cela ne nous laisserait il point suggérer que nous avons tous finalement au moins un point commun ?

Ce simple dénominateur, ne serait-ce point finalement l'émotion ! Ressentons-nous vraiment tous la même et ce face à une mélodie identique,… ?

 

Référons-nous alors au domaine de l'ethnomusicologie :

 

→ Ne nous révèle-t-il pas qu’au sein d’une même culture, les émotions sont semblables face à la musique ?

 

→ Ne nous fait-il pas comprendre aussi que nous nous trouvons devant une grande difficulté quant à définir une notion universelle, du moins de façon acceptable, de la musique ?

Emission sonore de type musicale…

Il me semble même qu’il n’existe aucun mot, dans notre société, dans celle de l’Égypte antique,…, et ce relatif à ce «point qui nous serait commun», à cet espace cérébral associé à la musique, à… !

 

Vous vous êtes certainement aperçu, qu’au sein de certains dialectes du continent africain, vous aviez bien du mal à trouver des mots afin de désigner :

- Le chant,

- Leurs catégories,

- Et même la musique !

- La mélodie,

- Le rythme…

 

Il me semble que même les équivalences sont difficilement décelables et ce avant le 20e siècle, quand on pense en arabe yéménite, en arabe classique,…

 

Nefartari tenant un sistre à Abou Simbel

Nous sommes bien au temple d’Abou Simbel !

Nous pouvons ainsi y admirer Nefartari, l'épouse de Ramsès …

La netjeret "Harthor Nefartari" avec le fameux sistre !

Source

 

Vous l'aurez bien compris, voici notre très belle Néfertari représentée :

- Avec un sistre dans sa main droite,

- Et une fleur de lotus dans celle de gauche...

 

D'ailleurs...

Les textes semblent bien s'accorder pour désigner Hathor comme la divinité la plus représentative du domaine musical... 

 

Même si au demeurant nous connaissons bien d'autres divinités dans ce domaine comme par exemple :

- Basted, représentée bien souvent comme vous savez par une chatte...

- Bés, en quelque sorte un gnome disgracieux...

- Meret relatif à la musique instrumentale, du chant, de la danse et ce sous l'aspect d'une femme...

- Que dire de Taouret veillant sur la parturiente...

- ...

 

  3124212475_1_11_V2Q9yL6D.jpg

Sistres de la netjeret Hathor comme vous savez...

Hochets musicaux que l'on agitait pour honorer les divinités... 

Source / Lien

 

Préambule...

Un petit rappel de ce que nous avons déjà traité sur ce sujet...

Si cela vous est nécessaire !  

 

Pour en savoir davantage sur cette thématique c'est à dire la musique à l'époque pharaonique, je vous convie donc à suivre les liens (en jaune) : ceux-ci correspondent à des articles édités précédemment !

 

Qu'avons-nous donc découvert, à ce sujet, dans les articles précédents ?  

 

Tout un programme...

Que nous venons simplement d'effleurer ici...

 

→ Article : redécouvrons ensemble la chanteuse "Ta Akhet" à Saqqarah...

 

→ Article n°1 : suis ton coeur aussi longtemps que tu vis...


→ Article n°2 : le harpiste aveugle...

 

Mosaic-Alexandre-le-Grand-333BC.jpg

Mosaïque d'Alexandre le Grand.

333 avant l'ère du Christianisme...

 

Plan de l'article...     

 

→ Nous voici donc au sein d' éléments tout à fait historiques…

 

→ Cela fut-il véritablement une certaine réalité... ?

 

→ Ainsi, souvenons-nous du fameux conte de Sinouhé…

 

→ Alors, quelle musique pouvait-on bien entendre sous Alexandre le Grand ?

 

→ Aurait-on véritablement découvert une partition musicale aussi ancienne ?

 

→ Voici le fragment en question...

 

→ Voici donc une fantastique prouesse...

 

→ Quel aurait-été le genre de "sons" que nos anciens aimaient à entendre ?

 

→ Un instrument d'époque pharaonique reconstitué !

 

10433145_867751343255065_3138014512963150589_n.jpg

Nebtawy...
Epouse de Roy.
Elle détient visiblement un sistre dans une main, dans l'autre une fleur de lotus et on peut également admirer un collier menat...
Nous sommes bien au sein de la 18e dynastie avec le règne d'Horemheb...

© Dario Nannini

 

Nous voici donc au sein d’éléments tout à fait historiques…

 

Même si nous abordons une thématique relative à la musique !

Avons-nous alors ressenti ce besoin de préciser cette ancienneté à la fois quant à la considération, mais également au sérieux,..., qui devaient probablement l'entourer ?

Bien certainement...

 

La musique...

Chez les grecs bien sûr, mais également tout autant chez nos anciens égyptiens… ! Si de nos jours, elle semble bien partie intégrante du divertissement, fut-elle toujours considérée de cette manière ?  

 

Souvenons-nous d'un certain Bob Marley, il entra dans la légende et ce grâce justement à la musique !

Ne s'exprima-t-il point de cette manière…

 

"Music

is more than music" 

 

Cela fut-il véritablement une certaine réalité... ?

 

"Le travail des champs était monotone et les Égyptiens,

pour donner du courage aux hommes

et

les inciter à fournir un meilleur rendement,

avaient recours à des intermèdes musicaux :

un chanteur accompagné

ou

non d’un flûtiste,

chantait en soliste,

les couplets d’une chanson connue dont le refrain devait être repris, en chœur, par les paysans.

 

Le procédé existe encore aujourd’hui

(mais sans flûtiste)

sur les chantiers de fouilles,

et nous pouvons témoigner qu’il donne les meilleurs résultats"

 Jacques Vandier...

"Manuel d’archéologie égyptienne.
Bas-reliefs et peintures.
Scènes de la vie agricole à l’Ancien et au Moyen Empire"
Éditions A. et J. Picard, 1978, Vol. VI page 106.

 

Ainsi souvenons-nous du fameux conte de Sinouhé

 

Et bien sûr de Sésostris I… !

D’aucuns subodorent aujourd’hui qu’en ce qui concernait nos anciens, mourir à l’étranger devait certainement être considéré à la manière d’une véritable abomination !

 

Il semblerait visiblement que pharaon aurait alors émis une sorte de message destiné à Sinouhé :

 

   "On fera pour toi une marche du départ

(Un cortège funèbre)

le jour de l’union avec la terre

(Le jour de l’enterrement)...

On te mettra dans un catafalque mobile,

des bœufs te tireront

et

des musiciens seront devant toi.

On fera la danse des morts jusqu’à l’entrée de ta tombe.

 

On fera pour toi une offrande funéraire.

On fera un sacrifice à la porte de ton autel funéraire, tes piliers étant construits avec du calcaire au milieu de ceux des enfants royaux.

Ta mort ne surviendra pas en pays étranger.

Les Asiatiques ne t’enterreront pas.

On ne te mettra pas dans une peau de mouton.

On te fera un mastaba.

 

Cela a assez duré de battre le sol

(D’errer, de vagabonder).

Pense au retour de ton cadavre..."

 

Alors, quelle musique pouvait-on bien entendre sous Alexandre le Grand ? 

 

Alexander_Rondanini_Glyptothek_Munich_298_n3.jpg

Voici une tête, celle de l' "Alexandre Rondanini".

Une copie antique...

Représentant Alexandre le Grand bien sûr, une copie romaine possible…

L'original appartenait à un groupe statutaire sculpté par Euphranor : le roi Philippe de Macédoine était représenté sur un char tiré par quatre chevaux ; son fils Alexandre, en train de monter dans le char, tenait les rênes des deux mains !

(En aparté, l'armure et le vêtement furent des ajouts du copiste).

Création du groupe après la bataille de Chéronée, 338 avant notre ère... 

Source

 

Aurait-on véritablement découvert une partition musicale aussi ancienne ?

 

Je vous emmène au Louvre...

 

Sans aucune ironie...

Nous sommes au sein même d'une boite à biscuits ! A l'intérieur de laquelle, on y aurait ainsi découvert un artefact, dans un état de parfaite conservation !

 

Serions-nous alors en présence de quelques véritables notes de musique ?

 

    "Au cours d'un inventaire en 2002,

je l'avais trouvée roulée en boule

dans une boîte à biscuits en ferraille

avec un morceau de cigare

et

des journaux.

 

Elle végétait dans les tréfonds du Louvre

depuis plus de cent ans.

 

Mais j'ai vite compris que c'était une merveille oubliée."

M. Laurent Capron...

 Papyrologue de la Sorbonne.   

 

Voici le fragment en question... !

 

Serait-ce véritablement une sorte de "partition musicale" ?

 

Sur des papyri… ?

image_126875_v2_m56577569831301193.jpg

Musée du Louvre.

© Laurent Capron.

 Papyrologue de la Sorbonne...

 

 

Voici donc :

- Un papyrus "musical" daté d'Alexandre Le Grand lui-même ! 

- Une sorte de petite partition déchiquetée…

 

Eduqué par Aristote ce grand personnage historique fit comme vous savez de la Macédoine une région remplie de raffinement...

 

Louxor_Amon_Ra_Alexandre.jpg

Relief représentant Alexandre le Grand priant le netjer Amon-Râ.

Temple de Louxor.

 Période ptolémaïque...

© Neithsabes

 

Voici donc une fantastique prouesse...

 

Nous remontons ainsi le temps afin d’atteindre le 4e siècle avant l’ère du Christianisme !  

 

Ainsi…

Les spécialistes seraient alors parvenus non seulement à décrypter, mais également à fabriquer un instrument de musique que d’aucuns subodorent être bien proche de ceux que nos anciens utilisaient !

 

Faisons encore un bon dans un autre passé…

Et souvenez-vous de la devise de Goethe qui stipulait "Il ne savait pas que s’était impossible, alors ils l’ont fait !"…

 

Une question logique pourrait alors se poser ! Les chercheurs y auraient-ils aussi découverts une sorte de partition musicale ? A contrario de cet adage, il semblerait bien que cela ne fut pas véritablement le cas ! (?)

 

Quel aurait-été le genre de "sons" que nos anciens aimaient à entendre ?

 

En vérité…

Je suppute que nous en avons quand même une bien vague idée !

 

Souvenez-vous d’Euriphide !

Nous sommes bien au 5e siècle avant notre ère…

On aurait alors découvert l'équivalent de 35 notes musicales !

 

Faisons alors une petite comparaison !

Cela pourrait être pratiquement équivalent à connaître « uniquement » une minute de toute l’œuvre de Mozart !

Si peu…

Mais paradoxalement peut-être, cela représente tant ! Une véritable tranche de vie en quelque sorte, cela n’a pas de prix !

 

Un instrument d'époque pharaonique reconstitué !

 

Vint alors l'intervention de Madame Annie Bélis !

Elle est véritablement une des rares spécialistes de la musique antique...

Une archéologue du patrimoine sonore...

Elle serait membre du CNRS, ENS...  

 

Elle fit alors visiblement appel à un professionnel bien particulier, un luthier ! Elle avait à l'esprit de réaliser une véritable cithare de type romaine.

Ils créèrent en quelque sorte une synthèse basée sur de nombreuses sources d'informations visuelles !

 

Un véritable trésor...

Mentionnons en particulier comme source le fameux traité d’Alypius ! 

Un texte particulièrement difficile à interpréter...

Il aurait comparativement comme équivalence la fameuse pierre de Rosette puisque qu'apparemment nous sommes en présence d'au moins 1680 signes musicaux !

 

Ce texte antique aurait donc permit une sorte de décryptage aboutissant finalement à une aria !

 

A cet effet...

J'ai eu une chance envoutante, celle de participer à un concert en décembre 2011 relatif à la "musique qu'aimait Alexandre le Grand" !

 

Et en parallèle :

- J'ai pu aussi participer à une exposition "Au royaume d'Alexandre Le Grand" !

- Ainsi qu'une exposition : "Les historiens d’Alexandre, la fabrique du mythe" par Janick Auberger de l'université du Québec, Montréal ! 

 

Un jour probablement…

 

→ Aurais-je le plaisir de vous réaliser une thématique quant à ce légendaire Alexandre Le Grand, particulièrement sur cette belle exposition et conférence…

 

→ Parlerons-nous également de cette eurythmie…

De cet autre idéal symbolisé à travers la danse mais aussi tout à la fois dans cette perpétuelle recherche finalement i.e. l’harmonie tant recherchée par nos anciens !

Plus concrètement aborderons-nous cet équilibre des émotions à travers le rythme du corps et de cette musique…

 

10952958_862125637143636_5548112472236298433_o.jpg

La dance du bâton...

10960337_862125837143616_7814870806234756578_o.jpg

 

Source / © Ahmed Nouby Moussa

→ …

 

Votre réaction au cours de cette thématique m’insufflera-t-elle ce désir d’aborder cela et bien d’autres thèmes qui éventuellement toucherait votre sensibilité… ?

... 

Alors, à suivre...

J'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire mes textes que j'en ai eu à vous les écrire !

 

Clé de VIE 

 

 

A fin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

     • Sources...

 

Collection "Passion de l'Égypte" Editions Atlas 2003.    

 

Le chant d’Antef qui est manuscrit sur ce fameux papyrus Harris 500...


Pascal Vernus, Dictionnaire amoureux de l’Egypte pharaonique, 2009, version de Paitenemheb, p. 214-229... 

 

Pierre Gilbert, Chronique d'Egypte, Volume 15, Number 29 / Janvier 1940,


Emeri Sibylle (1970), Les musiciens de l'Egypte ancienne, leurs titres et leur métier, des origines à la fin du Nouvel Empire (Thèse, dir. Jean-Claude Goyon).  Université Lumière, Lyon 2005

 

Smeesters Corinne, La musique à l'époque pharaonique. Dans "Papyrus Express" (1,6) 26 Février 2001.

 

Lise Manniche, "Musique et Musiciens dans l'Egypte ancienne", Londres 1991. 

 

Hervé Platel, professeur de neuropsychologie à l'unité Inserm U1077 à l'Université de Caen. 

 

Thomas Schlesser / Journaliste, historien de l'art

 

Beaux-Arts magazine, numéro 330...

 

      Sitographie...

 

Link 1

   
Wikipedia   

 

Link 2

 

 

      Taggé avec :

 

Parcours thématiques...

 

Les dynasties...

 

Musique en Égypte ancienne...  

 

Clé de VIE

 

Aphorisme...   

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...

 

 

  "Faites que le rêve dévore votre vie

afin

que la vie ne dévore pas votre rêve."
Philippe Chate.

 

Fichier en PDF...

 

  Musique 3Une douce musique... Avons-nous véritablement découvert l'équivalent d'une partition musicale ? (3) En Égypte antique !

 

 

aimé

 

jean-claude

Partager cet article

Aimé Jean-Claude ânhk, le blog d'Aimé Jean-Claude - dans Musiques en Égypte ancienne
commenter cet article
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 22:55

ankh hiero 

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com   

 

Ptah pensait à une chose...

Alors...

Elle se mettait à exister... !

 

"C'est ainsi qu'on été créés tous les travaux et l'art,

l'activité des mains,

la marche des jambes,

le mouvement des membres,

a selon l'ordre qu'a conçu le coeur

et

qui s'est exprimé par la langue" 

 

Cela fut-il de même pour cette fantasmagorique société pyramidale... ?

En tout état de cause...

Et comme vous savez parfaitement, elle était des plus hiérarchisées !

Disciplinées...

...

 

Une société respectueuse des rites...

Révérencieuse des traditions...

Déférence intégrale...

Infantilité savamment entretenue vis-à-vis des coutumes... ?

 

Cependant...

Moult questions peuvent bien logiquement tarauder nos esprits pragmatiques ! Du genre, la vraie misère, celle qui amène les hommes non pas à vivre mais plutôt à survivre, existait-elle véritablement en Égypte antique ? Cela n'est cependant pas une "énigme" de plus ! Mais quand nous admirons toutes les richesses que pouvaient comporter par exemple la dernière demeure de cet enfant-roi, Toutânkhamon, d'aucuns pourraient bien facilement imaginer que jadis la vie fut bien plus belle, plus facile, plus agréable,... !

Nonobstant...

Et ce au risque de décevoir certains rêveurs, nostalgiques,..., je subodore qu'évidemment cette misère végétait !

 

En tout état de cause, il demeurait une immense différence entre :

- La condition des plus humbles,

- Et la qualité de vie de la classe dirigeante !   

 

Egyptian_kitchen_Berlin_1.jpg

Modèle en bois d'une cuisine !

12e dynastie.

 Ägyptisches Museum de Berlin

 

Plan de l'article... 

 

→ Tawy...

→ La Kemet unifiée...

Une société qui fut bien pérenne !

→ Nonobstant, il faut réfuter tout angélisme...

→ Il n'y avait pas...

→ Des traditions familiales fortement ancrées...

→ En marge de cette caste dirigeante...

→ Les citadins favorisés...

→ Chaque grand secteur d'activité se subdivisait en corporations !

→ Les plus humbles...

→ Le sens du devoir...

→ La société des coups du bâton...

→ La douceur...

 

  1.jpg

Ostracon depicting  

an Egyptian martial art tradition "The Tahtib"
New Kingdom Ramesside Period 1300 BC
Musée du Louvre E 25340.

Source

1724859_382145891955078_4579567743787173691_n.jpg

"Les plus anciennes traces de Tahtib

ont été trouvés sur des gravures du site archéologique d'Abousir,

une nécropole étendue de l'Ancien Empire, située dans la banlieue sud-ouest du Caire. Sur certains des reliefs de la pyramide de Sahourê (V dynastie, c 2500 BC.) ;

les images et les légendes explicatives sont particulièrement précis et exacts dans leur représentation de ce qui semble être une formation militaire en utilisant des bâtons.

Le Tahtib,

le tir à l'arc

et

la lutte,

étaient alors parmi les trois disciplines de guerre enseignées aux soldats pendant leur formation."

Source

 

Tawy...

 

Bien vaste cet Itérou-aâ finalement ! Pas moins de 1 000 km...

 

Et ce entre approximativement :

→ Assouan, au sud...

Shemaou (^mAw)....

La Haute-Égypte...

→ Et la côte méditerranéenne, au nord...

Mehou (MHw)...

La Basse-Égypte...

 

Nonobstant...

En fonction des ères...

Son influence dépassa bien ses frontières, à priori toutes naturelles !

 

Ainsi, au milieu du 5e siècle avant l'ère du Christianisme et après avoir visité l'Égypte, Hérodote n'écrivit-il pas (?) et ce dans son Enquête :

 

"L'Égypte est un don du Nil"...

 

Cette affirmation souligne parfaitement l'importance du "grand fleuve", l'Itérou-aâ en ancien égyptien, dans la mise en place mais surtout dans le développement de cette fantastique civilisation.

Le Nil était comme vous pouvez aisément l'imaginer la principale source d'approvisionnement en eau potable de cette vallée ; la crue annuelle du fleuve (Se souvenir du Nouvel An) fertilisait alors les sols et permettait l'agriculture qui fut la base même de cette civilisation ! Car précisons quand même que ce devait être une culture exclusivement agricole et non pas militaire comme d'aucuns pourraient facilement le subodorer, surtout quand nous pensons à certains souverains !

 

Souvenez-vous de :

- Séthy I...

Il fut bien un général sous Horemheb ! A la manière de son père d'ailleurs, Ramessou qui devint pharaon sous le nom de Ramsès I comme vous savez...

- Horemheb choisi bien d'ailleurs son successeur en fonction de leur appartenance à l'armée : ils auraient visiblement combattus ensemble !

En quelque sorte...

Nous sommes au sein d'une dynastie de militaires : Horemheb, Ramsès I, Séthy I et Ramsès II (un peu tout de même à ses débuts !). Peut-être y avait-il dans tout cela une façon,..., un besoin probablement de puissance retrouvée, de reconquêtes après le règne d'Akhenaton ! (?)

 

De plus...

Au cours des nombreuses thématiques que nous avons pu aborder jusqu'à présent, il ne vous aura certainement pas échappé finalement quant à la présence d'une sorte de constante ! Le légendaire fleuve bien sûr... Sempiternel dans la vie quotidienne de nos anciens Égyptiens... !

 

Il était bien primordial comme vous savez, ayant une grande influence quant à :

- Leur mode de pensée...

- Leurs cultes religieux...

- Cette fantastique voie navigable...

- ...

 

La Kemet unifiée...

 

Sa-Râ...

Fils du Soleil...

Cela marqua bien la parenté du souverain avec le netjer qui avait du reste instauré la monarchie sur terre !

La grande maison, Per-aâ, pharaon, ce fut bien celui qui portait les titres relatifs aux deux royaumes !

 

→ Souten khab...

Souverain de la Haute et de la Basse-Égypte...

→ Nesout-bit...

Celui qui appartient au roseau et à l'abeille, symbole en quelque sorte de l'unicité de Kemet !

Le roseau symbolisant le Sud...

L'abeille, le Nord...

→ Nebti...

Celui qui appartient au deux netjerout ayant pratiquement les mêmes valeurs !

 

Ainsi, les netjerout comme furent :

- Le vautour Nekhbet, pour la Haute-Égypte, el-Kab et ce en face de Hiérakonpolis...

- Et celle qui correspondait avec le cobra Ouadjet...

 
Une société qui fut bien pérenne ! 

 

Serait-ce fonction de cette spécificité à savoir l'organisation ?

Etait-ce en raison du type de gouvernance ?

Une monarchie absolue de droit divin... ? Un seul homme qui détenait absolument tous les pouvoirs !

"it netjerou"...

"Le Père des netjerou" / "Le père des "Dieux"... 

Souvenons-nous alors de Max Weber, qui au lieu de parler de théocratie sembla bien employer ce nouveau terme de "hiérocratie" qui devait finalement correspondre au gouvernement des religieux !

 

Confusion du reste qui devait perdurer en ces temps reculés entre :

- Monarchie,

- Et religion.

 

Serait-ce fonction de ce ciment sociétal que devait être la Maât ! En quelque sorte un ordre psychologique absolue ?

→ ...

 

Nonobstant, nous devrions réfuter tout angélisme !

 

Si cette société fut bien pérenne, ce que nous ne pouvons certainement pas nier, il ne faut toutefois pas croire que cela fut seulement le fait de pharaon !

 

Tous les Égyptiens...

Indépendamment de leur caste...

Tous auraient contribuer à faire de la Kemet antique la première des grandes civilisations !

Ce fut bien le fruit d'un collectif...

 

Celui d'une véritable communauté de toute évidence, parfaitement hiérarchisée :

- Tout à chacun devait obéissance à son supérieur immédiat !

- Pharaon "semblait" d'ailleurs ne pas déroger à cette règle vis-à-vis en tout cas de la Maât, du "Père des dieux" / "It netjerou",...

- ...

 

8281101433_bb6376300a_h.jpg

Neues Museum de Berlin...

Temple du Soleil Niuserre !

© kairoinfo4u

Il n'y avait pas...

 

Contrairement à nos pays riches et contemporains...

Même si elle semble programmée du reste par de prestigieux économistes actuels pour finalement disparaître...

La classe moyenne n'existait pas en Égypte antique !

 

"Succinctement", cette société fut compartimentée en deux castes séparés par un abîme :

- Les privilégiés,

- Et les démunis qui devaient représentés pas moins de 90% de la population ! 

 

Que fut alors cette minorité de nanties ?

 

Les quelques 10 % de la population  : 

- Les scribes...

- Les religieux...

- Les chefs militaires...

- Les fonctionnaires...

- ...

 

Nonobstant...

L'appartenance à ces groupes sociaux ne revêtait pas un caractère toujours si héréditaire que cela ! 

 

De plus, il n'y avait pas entre eux de cloisonnement : 

→ Un jeune homme pouvait très bien exercer le métier de fonctionnaire alors que son propre père pouvait être à la fois prêtre et général ! 

→ De la même façon...

Un officier de l'armée ou de la marine, pouvait parfaitement superviser l'exécution des travaux publics !

Sa fille aurait pu fort bien épouser un prêtre, lequel serait lui-même fils de juge ou de  gardien d'animaux sacré...

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/13/Fishermen_in_Mereruka%E2%80%99s_tomb_%28Kairoinfo4u%29.jpg

Scène de pêche.

Tombe de Mérérouka à Saqqarah.

© kairoinfo4u

 

"Ce sont des petites gens qui travaillent par équipées

et

reçoivent en salaire

une ration du produit de leur pêche.

 

Rien ne distingue le pêcheur.

 

Comme le bouvier,

il va nu,

portant son pagne enroulé autour de son épaule"

Images de la vie quotidienne !

 Égypte au temps des Pharaons, G. Andreu, 1992, page 172

 

Des traditions familiales fortement ancrées...

 

Dans la pratique...

Nombreux furent pourtant les fils qui suivaient la carrière de leur père ! Simplement pour des raisons d'éducation, essentiellement d'ailleurs...

Pour des argumentations de traditions familiales...

En raison des relations...

Pour des causes de recommandations...

Mais également des appuis qui jouaient un rôle très important dans la classe dirigeante !

 

De ce fait...

Les postes à hautes responsabilités restaient quand même entre les mains d'un nombre bien restreint de familles !

 

Quant aux femmes...

Peu apprenaient véritablement à lire et à écrire, elles semblent visiblement avoir été bannies des postes administratifs ! Et cela paradoxalement à la tendance d'une certaine équité entre les deux sexes, du moins, dans quelques domaines comme les lois, la famille, la gestion des biens, la possession, le "mariage",...

 

En marge de cette caste dirigeante...

 

Il existait une aristocratie terrienne ! Pour eux visiblement, le caractère héréditaire fut nettement plus marqué !

 

Toutefois...

A la mort du chef de famille...

Ce fut bien le souverain lui-même qui devait autoriser la transmission du patrimoine aux héritiers potentiels !

 

Les citadins favorisés...

 

Quant à la "masse" du peuple...

Souvenez-vous des 90%...

 

Elle devait se répartir entre trois catégories, dont les plus favorisées !

Les commerçants...

Les notaires...

Les scribes...

Les artisans...

Les peseurs publics...

...

 

Chaque grand secteur d'activité se subdivisait en corporations !

 

Elles-mêmes comprenaient différents degrés selon :

- L'emploi,

- La nature du travail,

- Et la compétence exigée...

 

→ Parce qu'ils travaillaient un matériau noble...

Rare...

De fait fort onéreux...

Délicat...

Les fabricants de papyrus constituaient une sorte d'aristocratie de l'artisanat !

 

→ Ainsi, bien que jugés de condition inférieure...

Les briquetiers bénéficiaient cependant d'une certaine considération !

Et ce puisqu'ils fabriquaient les matériaux de construction le plus répandu ! La brique creuse...

 

       Moule à brique et sa brique et sa brique - XXVIII dynastie

  Moule à brique

et

sa brique...

28e dynastie.


→ Quant à l'une des plus grandes catégories, celle bien sûr agricole, elle comprenait :

- Les fermiers,

- Les éleveurs,

- Les jardiniers,

- Les chasseurs...
L'un pouvait être au service d'un "seigneur" dont il entretenait
la meute de lévriers et pour lequel il rabattait le gibier !
Il pouvait aussi travailler pour son propre compte !

Traquer les animaux nuisibles...

Chasser l'autruche dont les plumes se "vendaient" à prix d'or !

- Les marins,

- ...

 

Là également bien des différences demeuraient en la matière !

Epoque tardif - bois de sycomore - Londres, British Museum

Époque tardive.

Bois de sycomore.

British Museum.

 

→ Qu'en était-il des porchers ?

Bien sûr ils devaient s'occuper des porcs, puisque cela représentait leur fonction !

 

Nonobstant,...

Ils formaient une caste particulièrement isolée !

Impossibilité aux porchers de pénétrer dans les temples, les nécropoles,...

Peu considéré... ! Et ce à tel point, que beaucoup de chercheurs subodorent de nos jours qu'ils ne pouvaient se marier qu'entre eux !

 

Ainsi selon Hérodote (II 47) :

 

"Le porc

passe chez les Égyptiens pour une bête impure.

 

Qui en frôle un au passage

va aussitôt se plonger dans le fleuve tout habillé;

de plus,

les porchers quoique Egyptiens de naissance,

sont seuls en Egypte à ne pouvoir entrer dans aucun temple;

personne ne consent à donner sa fille en mariage à un porcher,

 ni à prendre femme chez eux : ils se marient entre eux."

 

Les plus humbles...

 

Les bergers...

Les ouvriers agricoles...

Les pêcheurs...

Les porchers...

Les domestiques...

...

mastaba de TY gavages des oies

Mastaba de TY...

Gavages des oies.

2 815 - 2 400 av. J.-C.

 

Ceux-là constituaient la catégorie la plus humble de la société...

Leur seule ligne de conduite semble avoir été visiblement l'obéissance et la soumission ! 

Il n'existait pratiquement aucune chance de s'élever dans la hiérarchie sociale, à moins d'avoir été distingué par un dignitaire, ce qui ne fut possible qu'aux soldats et aux fonctionnaires de rang subalterne...

 

Pour tous les autres...

Il devait bien être très difficile de changer de métier ! Aussi chacun mettait un point d'honneur à perfectionner son savoir ! Et ce afin de paraître comme le meilleur dans sa spécialité... Se forger en quelque sorte une réputation qui pouvait un jour ou l'autre attirer la clientèle nantie, la considération, une certaine reconnaissance...

 

gavage de hyènes - KAGEMNI

Gavage des hyènes !

Hypogée de Kagemni.

 6e dynastie.

Le sens du devoir...

 

Dans son ensemble... ! (?)

Du haut vers le bas de l'échelle sociale...

 

L'Égyptien avait le sens :

- Du devoir,

- De la coutume,

- Et de la tradition !

 

Nos anciens furent en quelque sorte des "citoyens" disciplinés ! Même si l'ordre public s'imposait bien souvent par quelques coups de bâtons généreusement distribués ...

 

Chacun "me semble-t-il" avait son rang ! Et il devait plus ou moins accepter la place à laquelle les netjerou l'avait mis, et ce sans empiété sur les affaires du voisin...

 

De plus, rappelons-nous...

Les céréales...

Et les plantes comestibles abondaient et pouvaient permettre à tous de subvenir à leurs besoins alimentaires. Du moins, lorsque Hâpy faisait bénéficier Kemet de ses bienfaits en faisant prospérer à la fois le pays mais aussi pharaon....

 

La société des coups du bâton...

 

coup de baton épuré

 La beauté de l'art pharaonique...

Ce fut bien une certaine réalité ! Celle en tout cas d'une classe bien privilégiée de "Ta Mery" / " TA mry" / "La terre bien aimée"...

 

Nonobstant...

Que se cachait-il derrière cette belle façade ? 

Ce que l'on ne mentionne que bien trop peu selon moi...

Nonobstant ce fut là également une réalité, une autre... ! Celle probablement des 90 % de la population Égyptienne ! 

Les sévices...

Les punitions...

Les brimades...

 

Voyez ci-dessus, sur ce dessin qui n'est certes aucunement représentatif, une bastonnade :

 - La femme à 20 ans...

Elle en paraît 70 ans de nos jours, et encore !

- Lui...

Nu...

Attaché...

Il est battu à coup de bâtons !

- Tandis qu'un compteur...

"Décomptait" le nombre de coups qu'il lui restait à subir !

 

Ce dessin a bien pour objectif premier de relater une certaine pauvreté ! Celle de la classe inférieure... 

 

Et la douceur alors !

 

C'est bien celle du climat...

Si les conditions de travail furent "quelque peu" supportables...

 

Il demeurait néanmoins une différence considérable entre :

- Le mode de vie des classes dirigeantes...

- Et, celle des plus modestes... 

 

Voilà...

Il vous faudra maintenant attendre un peu, afin d'en connaître peut être davantage sur ce sujet...   

 

1380713 226502814182634 1639185877 n

  Egypt at night

from the International Space Station in 2010.

Source / Christian Leblanc

 

"J'ai appris

que ce qu'on croit avoir acquis

n'est qu'une partie infime

de ce qui reste à découvrir."

Georges Moustaki était d'origine grecque,

né à Alexandrie,

et aimait particulièrement la France...

 

A fin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

      • Sources... 

 

Desroches - Noblecourt Christiane : "Lorsque la nature parlait aux Egyptiens" - Ed. Philippe Rey -sept. 2003   

  

    Sitographie...

 

Wikipedia

  

    •Taggé avec : 

 

Parcours thématiques...

 

Les dynasties...

 

Paradime Égypte Antique... 

Clé de VIE

Aphorisme...

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...  

 

"L'essence même du leadership

est

d'être conscient de sa peur

 

(Et de la déceler chez ceux qu'on veut mener)" 

Seth Godin 

 

Fichier en PDF...

 

  Cette société de l'Egypte antique !Cette société de l'Égypte antique !

 

 

                                       aimé

jean-claude

 

L'esprit contrôle le corps ! 

La naissance de l’Homme en quelque sorte !

Il était une fois, un temps ou l'Homme s'éveilla... Alors, on se devait de ne plus se comporter comme un animal !

Dans la culture égyptienne antique, les humains n'avaient pas ce degré de supériorité sur le règne animal, comme cela est dans notre culture occidentale actuelle ! (Velde 1980, p. 77).

Les humains et les animaux étaient égaux, aux yeux de l'Égyptien !

 

« Ce que nous faisons dans la vie, résonne dans l'Eternité »

 

"Ce que nous faisons dans la vie,

 

résonne dans l'Éternité" 

Partager cet article

Aimé Jean-Claude ânhk, le blog d'Aimé Jean-Claude - dans Paradigme Égypte Antique
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 22:55

ankh hiero 

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com   

 

Un monde quelque peu "exotique"... Peut-être... !

"L'au-delà des défunts"...

Ainsi subodorons-nous que ce paradigme, celui des netjerou(t) devait étonnamment ressembler au modèle du monde terrestre.

Un concentré d'Humanité s'il en est !

 

On y mangeait...

On y buvait...

On y festoyait...

On devait même y faisait l'amour... !

On y souffrait probablement aussi... 

Maladies...

Blessures... Du coeur, de l" "âme", du corps,...

 

Les netjerou(t) ne semblaient donc pas échapper à cet état de fait non plus !

 

Nonobstant...

Il devait aller de soi que les conséquences en furent bien autrement plus dommageables !

Pas tant pour le netjer lui-même, que pour le monde qu'il dominait bien évidement !

 

Râ...

Osiris...

Horus... Tous avaient connus la souffrance et ce à des degrés bien divers ! Mais que dire du genre humain ?

 

fig05

18e dynastie...

Entre les règnes d'Amenhotep III

et

Amenhotep IV - Akhenaton.

(1 350 avant l'ère du Christianisme...)
  En Bois muni de pigments, du verre ainsi que des incrustations en os !

 Musée du Caire.

© Susana Garcia Alegre

 

Plan de l'article... 

 

→ Une "blessure" bien humaine s'il en est !

 

→ Ce fut G. Daressy...

 

→ Voici ce qui devait être l'onguent de Dame Siamon...

 

→ Voici probablement la réalité d'un choc flagrant !

 

→ Le visage est bien rond...

 

→ La chair des netjerou...

 

→ Gheb brûlé au visage...

 

→ Une couronne bien trop lourde !

 

→ Jusqu'à l'environnement même qui pouvait bien s'avérer hostile vis-à-vis des netjerou(t)... 

 

  Clé de VIE

 

Une "blessure" bien humaine s'il en est !

 

Le choc des mondes !

 

Rassurez-vous...

Je ne me lance pas dans un débat d'ufologie, mais voyez par vous-même, votre libre arbitre fera le reste...

 

Littéralement...

Je dois humblement vous avouer quand même ma faiblesse présente ! Car je suis tombé sous le charme de cette création !

 

Je pense bien sûr à :

- L'Amour...

- La célébration de la vie,

- Cette adulation de la beauté...

- Cette métaphore quant à la régénération mais également à cette force éternelle...

- ...

 

Alors...

Comment ne pas succomber ?

Comment ne pas ployer sous la délicatesse des traits de cette œuvre venue d'un temps si ancien... ?


Ce fut G. Daressy...

 

Il en fut le découvreur et ceci en 1896 - 97...

Égyptologue français...

 

Ainsi, en 1887...

Il devint conservateur adjoint au musée des Antiquités égyptiennes de Boulaq !

Transféré ensuite à Gizeh...

Il devint le musée égyptien du Caire en 1902. 

 

Il aurait visiblement découvert cette œuvre dans l'hypogée de Cheikh Hatiay TT324 au sein d'Abd el-Gournah...

 

Photos prisent à partir du catalogue Toutânkhamon...

L'or de l'Au-delà...

Paris...

2004 en page 221...

 

fig06.jpg

© Susana Garcia Alegre

 

Voici un objet lié au monde de la cosmétique ! Il semble avoir été usité dans la vie quotidienne...

Et ce pour un personnage qui devait bien être nanti, forcément...

 

Voici ce qui devait être l'onguent de Dame Siamon...

 

Un paradoxe cependant quand on pense au :

- Plaisir...

- A la douceur...

- Au bien être évidemment !

- Au fait de s'occuper de soi...

- A la beauté...

- ...

 

A contrario...

Cette image...

Cette iconographie...

Cette oeuvre provenait d'un travail parfait d'artisan ! Nonobstant, si elle fut bien des plus respectueuses en montrant des travailleurs en plein effort, il semble bien qu'ils furent paradoxalement démunis !

Exploités...

Démontrant un travail bien pénible...

Et dans une attitude des plus serviles à la souffrance...

...

 

Voici probablement la réalité d'un choc flagrant !

 

Le choc de deux mondes...

Il devait certainement coexister en permanence...

 

Vous l'aurez bien compris :

- La caste des nantis...

- Et celle que je nommerais aujourd'hui les serviteurs !

 

fig02.jpg

Représentation d'un veau, me semble-t-il ! 

© Susana Garcia Alegre   


Le veau...

Un lien avec la force de vie...

Un lien avec l'astre solaire...

Un animal qui devait bien incarner en quelque sorte le pouvoir !

 

Rappelez-vous...

De cette vache relative à la grande netjeret Hathor...

Animal bien protecteur qui se nourrissant de lait !

 

Il est donc tentant d'associer l'onguent de Dame Siamon avec le symbole du veau !

 

fig01

© Susana Garcia Alegre

 

Voici ainsi une figuration d'un homme vêtu :

 

- D'un pagne plissé,

 

- Portant une cruche lourde !

 

Et l'accentuation fut bien réalisée à travers :

→ Ce dos courbé,

→ Sa tête penchée vers le bas,

→ Voyez également cette position quant à ses pieds !

→ Le cou, bien mal à l'aise visiblement avec cette sensation d'écrasement...

→ Sans omettre les genoux ! Ils semblent ne pas atteindre la surface même du sol !

 

Une impulsion majeure et de plus bien dynamique, tout en soulignant encore plus cette sensation d'effort !

Cela donne alors une véritable impression de supporter un poids encore plus important !

 

- ...

 

- Des cheveux rasés, pigmentés en noir,...

 

- ...

 

Le visage est bien rond... 

 

Et la petite taille quant à cette figurine, à savoir 15,4 cm !

 

Un soin exceptionnel, selon moi, fut visiblement apporté sur cette sculpture :

- Le nez,

- Les oreilles (Décollées),

- Les lèvres épaisses,

- La forme des sourcils,

- Mais également de larges pommettes,

- ...

 

La chair des netjerou...

 

On objectera certainement, de nos jours en tout cas qu'afin de souffrir, fallait-il qu'il y ait eu de la chair !

 

Comme vous savez, le mot même de chair fut bien couramment employé par les Égyptiens de l'antiquité, et ce, à propos de leurs netjerou(t) ! 

 

Cependant...

A la différence des êtres humains, la chair divine fut d'or !

Si, bien curieusement, une telle nature n'empêchait pas la souffrance, elle permit tout au moins aux netjerou(t) de surmonter les maladies comme les blessures ainsi que bien d'autres mutilations... Et de plus, bien évidemment, de ne pas en mourir !

 

L'or :

- Un élément parsemé partout sur terre, cependant en infime quantité comme vous savez !

- Une liaison divine avec Râ ? 

- Son éclat, identique à notre astre i.e. le soleil, en fit une matière magique, immortelle, éternelle,... !

- ...


Qu'importe en vérité !

L'homme est bien constitué de carbone ! Cet élément qui nous paraît à priori très abondant vis-à-vis de l'or !

Tout semble tellement relatif en ce monde des réalités...

Car finalement le carbone est lui-même si faible en concentration si nous le comparons à cet autre molécule qu'est la silice et ce au sein de l'univers !

Nous aurions pu nous-mêmes avoir été des êtres de silice !

 

Alors cet or...

Fut certainement un avantage non négligeable lorsque l'on songe à la vie mouvementée des netjerou(t)...

Quoique précieux, le corps des netjerou(t) s'apparentait beaucoup au nôtre finalement ! Ils étaient eux également parcouru de fluides vitaux ou même nauséabonds, qualifiés de bonne ou mauvaise humeurs, dont l'épanchement pouvait avoir d'étranges conséquences...

 

  http://i3.photobucket.com/albums/y93/natalilou/215.jpg

Padiimenipet...

Le Louvre.

Époque Ptolémaïque.

Voici un visage, à la feuille d'or, symbolisant cette "chair d'or des netjerou(t)".

 

Dès l'Ancien Empire, apparurent ce genre de masque quant aux momies...

Le défunt devenu un Osiris fut ainsi bien idéalisé !

 

Le visage à la carnation dorée...

Une lourde perruque...

Un collier ousekh...
Les yeux et les sourcils fardés...

...

 

Les humeurs des netjerou...

 

  Horus qui pleure

Les larmes d'Horus !

 Horus pleurait...

Et ses larmes en tombant, se transformèrent en oliban !

 

Les larmes d'Horus...

Antyou...

Les larmes du Soudan...

 

oliban - antyou - encens

 

Un jour Râ...

Bien las visiblement...

Cracha...

Et puis vomis...

 

Selon certain paradigme Égyptien, ce fut ainsi que naquit le bitume si précieux pour l'embaumement ! 

 

Une autre fois Gheb, pris d'étourdissement puis d'un malaise, se mit à saigner du nez !

 

De ce divin fluide tombé sur terre germa de jeunes pousses ! Celles-ci se transformèrent en pins qui, devenus grands, suintèrent une précieuse résine. 

Estimable en quelque sorte...

Car utilisée une fois encore dans le processus d'embaumement !

 

Ainsi :

- Sang,

- Salive,

- Larmes,... Toutes expectorations divines ne furent jamais réellement perdues ! (Vous connaissez bien l'adage qui stipule que rien ne se perd, tout se transforme...) !

Tout cela devait bien pourvoyer à la création de nouvelles matières, plantes,...

 

Le désagrément de leur épanchement nous est d'ailleurs rarement relaté ! Les netjerou(t) semblaient s'accommoder de ces maux bénins ! Les textes nous relatent en revanche des affections dont les conséquences auraient pu être bien plus grave.

Gheb...

Osiris pouvaient certainement en témoigner !

 

→ ...

 

Gheb brûlé au visage...

 

Être le roi des netjerou...

"nesou netjerou"...

Cela ne fut pas réellement sans risque, physique en tout état de cause ! La couronne de la suprême royauté fut dangereuse pour la santé ! Davantage encore si le netjer ne fut pas vraiment préparé à la porter !

 

Ce fut bien cette mésaventure que je vous conte aujourd'hui, celle qui devait survenir à Gheb !

 

GEB Papyrus mythologique de Neskapashouty COPIE

  Gheb Papyrus mythologique de Neskapashouty...

 Source
Largeur : 27 cm
Le Louvre.

 

GEB

Il fut trop pressé !

Bien empressé...

Trop impatient finalement de porter une couronne qui de plus ne lui revenait pas encore de droit !

 

A peine eut-il ouvert le coffret dans lequel reposait le précieux ornement de son père, qu'il fut grièvement brûlé au visage par l'Uraeus qui en assurait la garde !

 

Il lui faudra alors les soins prodigués par Râ afin que Gheb puisse se sortir d'affaire...

 

Une couronne bien trop lourde...

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7d/Edfu13.JPG

La couronne Hemhem est une couronne divine...

Bas-relief dans l'escalier est du temple d'Edfou.

Elle pouvait cependant être portée par les pharaons défunts !

  ©  Rémih

 

Cette couronne Hemhem fut composée de l'Atef, associée et posée sur une base formée par deux cornes torsadées de béliers !

Elle apparaît sous le règne des pharaons atonistes, mais fut bien représentée sous les Ptolémée !

Elle pouvait également être combinée avec le Némès... 

 

La couronne divine fut décidément source de bien des soucis pour nos netjerou(t) !

 

Osiris pourrait lui-même en témoigner !

Du jour où il voulut se coiffer du suprême ornement...

A peine s'en était-il couvert d'ailleurs, qu'il se sentait bouillir de l'intérieur ; des étourdissements lui prirent et de vilaines tumeurs apparurent sur son visage ! C'était une nouvelle fois Râ qui tira Osiris de ce mauvais pas, pratiquant en véritable médecin une saignée dont Osiris se souviendra... !

 

Jusqu'à l'environnement même qui peut s'avérer hostile vis-à-vis des netjerou(t)...

 

Le meilleur exemple semble être le scorpion dont bien des membres de la compagnie divine eurent à souffrir !

Et il faudra tous les ressorts de la magie pour détourner les conséquences de la piqûre d'une issue fatale...

 

→ Ainsi, Râ fut lui-même victime du terrible animal. Piqué après l'avoir écrasé par inadvertance, s'étant même évanouie...

 

→ La fille de Râ, Bastet, pourtant bien prudente, fit de même et s'en réchappa grâce à la magie prodiguée par son père !

 

→ Et que dire bien sûr d'Horus, faible et chétif lorsqu'il fut jeune, qui lui aussi fut piqué par un scorpion...

La magie de sa mère ne sera pas vaine pour sauver le jeune garçon !

 

→ ...

 

Alors, à suivre...

J'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire mes textes que j'en ai eu à vous les écrire ! 

 

     Clé de VIE

 

A fin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

       • Sources...

 

Collection "Passion de l'Égypte" Editions Atlas 2003

 

Symbole de l'Egypte, Poche, 2004 p75...

 

G. Daressy, "Rapport sur la trouvaille de" "Hatiai"" ASAE 2 (1901), p. 1-13, PM, nécropole thébaine I, partie 2. Tombes royales et petits cimetières, Oxford, 1973, p. 672.


"La typologie des statuettes tenant un vase à onguent offertes par le roi dans les scènes rituelles des temples du Nouvel Empire : à propos de deux bas-reliefs du temple de Ramsès II à Ouadi es-Seboua". Zeitschrift für Ägyptische Sprache und Altertumskunde 128 (2001) : p65-70.


Portraits de l'Égypte romaine, catalogue d'exposition, Paris, musée du Louvre, 1998, p. 38, n° 3.

 

 

      Sitographie...

 

Wikipedia  

 

http://www.egiptologia.com/arte/104-obras-en-detalle/3304-unguentario-de-siamon.html

 

      Taggé avec :

 

Parcours thématiques...

 

Les dynasties...

 

Netjerou en Égypte antique... 

 

 

Aphorisme...   

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...   

 

 

  "La conscience n'est dans le chaos du monde

qu'une petite lumière,

précieuse

mais

fragile."
Louis-Ferdinand Céline

 

Fichier en PDF...

 

Blessures et maladies des dieux, en Égypte ancienne !Blessures et maladies des divinités, en Égypte antique !

 

 

aimé

 

jean-claude

 

 

ânkh oudja seneb

vsf001


n(=w), w(=w), snb(=w) 

 

"Qu'il soit vivant, intact et en bonne santé !"

 

La traduction littérale en français est quelque peu fausse, nonobstant, les voici :

 

vie, santé, force (v.s.f.).

                                                                            

 vie, force et santé.

Partager cet article

Aimé Jean-Claude ânhk, le blog d'Aimé Jean-Claude - dans Netjerou - netjerout en Égypte antique
commenter cet article

Vous Êtes Sur Un Site D'informations...

  • : Le site d'ânkh i.e. d'Aimé Jean-Claude
  • Le site d'ânkh i.e. d'Aimé Jean-Claude
  • : Ensemble, découvrons ma réalité... S'intéresser à l'histoire, c'est aussi avoir de l'attrait pour l'Homme contemporain, c'est appréhender les événements de chaque jour, c'est avoir une vue probable sur l'avenir... Ce blog s'adresse aux personnes qui souhaitent découvrir et partager la passion de l'Égypte antique. "Décrire l'Égypte", quelle belle ambition ! Antonio Baldini ne disait-il pas " Le sens de l'Histoire s'acquiert en y participant un peu"...
  • Contact

  • Le site d'Aimé Jean-Claude
  • Ensemble, découvrons ma réalité... 
Avide de connaissances.
Très ouvert à la diversité : des sites, des personnes, des pensées, des cultures...
Tolérant : il n'y a aucune vérité absolue et éternelle !
  • Ensemble, découvrons ma réalité... Avide de connaissances. Très ouvert à la diversité : des sites, des personnes, des pensées, des cultures... Tolérant : il n'y a aucune vérité absolue et éternelle !

Fouiller

Aphorismes

"Il n'y a pas d'homme cultivé.

Il n'y a que des hommes qui se cultivent."

  Maréchal Foch

 

 

 Le Savoir c'est la Liberté !

 

"Un peuple ignorant de son histoire,

c'est comme un arbre sans racines". 

Marcus Garvey

 

 

"Quand on étudie le passé,
il est impossible de ne pas jeter
un regard sur l’avenir’"
Arnold Toynbee

Traduction

Ainsi...

Web-informations.net

Rubriques...