Le site d'Aimé Jean-Claude

Un scandale sous les Ramsès, quand le chef des artisans se fit pillard ! (5)... en Égypte ancienne !

ankh hiero  "Vivre"… "La vie"…

ww.aime-jeanclaude-free.com   

 

Découvrir notre passé...

Cela ne pourrait-il pas finalement nous permettre de comprendre notre présent ?

En explorant la vie de nos anciens.

En déchiffrant également leurs contes, leurs paradigmes,...

En appréhendant aussi quelques personnages, ceux du moins qui auraient évidemment contribué, bien plus visiblement que d'autres, à cette fabuleuse Histoire,

...

 

Alors pourquoi ne pas mentionner :

- Quelques scandales...

Célèbres en leur temps, que nous essayons de ramener en mémoire.

Et que dire des punitions plus ou moins "macabres" qui y furent associées comme l'ablation du nez ainsi que des oreilles qui semblaient bien courant du reste au Nouvel Empire, ou alors la fameuse flagellation, la bastonnade (qnqn m bDn),...

- Que serait en définitive la vie sans évoquer les maladies, plus ou moins mortelles, qui ne devaient évidemment pas manquer,

- De grands mystères demeurent donc encore de nos jours à découvrir. De ceux qui firent ce que nous sommes devenus !

- Et que dire des tragédies relatives à toute guerre,

- Sans omettre bien évidemment la souffrance supposée quant à ceux qui établirent en des records de temps, de températures, de.., l'érection de la légendaire cité d'Akhet-Aton,

 

"Ces personnes travaillaient beaucoup

 à un très jeune âge,

port de charges lourdes"

Professeur Rose.

 

"L'incidence des décès parmi la population jeune d’Amarna était scandaleusement… "

Professeur Rose.

- ...

 

Alors apportons un peu d'émotions, positives, constructives,..., dans notre vie d'aujourd'hui !

Depuis quelques mois, nous entendons bien des histoires d'horreurs,...

Violences...

Viols...

Vols... Eventuellement, cela vous rassurerait-il de vous souvenir que depuis que l'homme est Homme, de vils personnages existèrent ? Et ce, en tout temps, au sein de toutes cultures, de toutes civilisations, aussi grandiose fut-elle !

 

deir el-bahari

Sḏm(.w) ˁš m st Mȝˁt.

Voici les serviteurs de "la place de vérité", st Mȝˁ.t, Sat Maât.

Nous sommes bien sûr au sein de Deir el-Medineh, pȝ dmj, "la cité"...

 

Ainsi...
Nous abordons aujourd'hui une thématique traitant en quelque sorte de la corruption !

Et comme vous savez...

Les affaires de pillages de sépultures vont encore s'intensifier afin d'atteindre leur point culminant et ce, sous le fameux règne de Ramsès IX que voici d'ailleurs...

 

Celeste Albo

 

Détail d'un relief de l'hypogée de Ramsès IX.

20e dynastie.

Source / Sebastien Lgs

 

Ainsi...

Dans de bien nombreux cas, on pourra constater une curieuse inertie de la part de ceux qui devaient être normalement chargés de prévenir et même de réprimer ces coupables activités.

 

Souvenez-vous de l' "aventure" du prince Paser, un illustre exemple s'il en est !

Excédé de constater la multiplication des exactions commises au sein des hypogées, Paser adressa au vizir Paourâ, responsable alors de la police de la cité aux cent portes, Ouaset, un mémoire bien virulent.

Paourâ fit alors nommer une sorte de commission d'enquête.

Les membres de celle-ci produisirent visiblement un faux témoin qui semblait se dénommer Pakharaou et qui bien évidemment réfuta les accusations formulées par Paser. Ce dernier fut alors accusé de mensonge...

Ce ne fut qu'au terme d'une bien longue bataille où il faillit laisser son honneur et certainement davantage encore, que Paser parvint à se faire entendre du pharaon en personne !

Une nouvelle enquête aboutira alors à l'arrestation de dix-sept pillards ainsi qu'à la destitution du fameux vizir Paourâ dont la complicité avec les bandits ne peut pourtant pas être de nos jours véritablement établie.

 

http://www.egyptologinenseura.fi/images/Deir_el_Medina.jpg

Source / Lien

 

Préambule...

Un petit rappel de ce que nous avons déjà traité sur ce sujet...

Si cela vous est nécessaire.

 

Pour en savoir davantage sur ce scandale vécu sous les Ramsès, je vous convie donc à suivre les liens ci-dessous : ceux-ci correspondent à des articles édités précédemment et ce bien évidemment cela concerne cette thématique.

 

Qu'avons-nous donc découvert, sur ce sujet, dans les précédents articles ? 

 

Tout un programme... !

Que nous venons simplement d'effleurer ici.

 

→ Article n°1 : Kemet ce "corps" sans âme...

 

→ Article n°2 : la vraie crise de succession débuta après Merenptah...
 

→ Article n°3 : ce vizir qui bafoua tous les usages.

 

→ Article n°4 : voici un individu rusé, violent et même coléreux visiblement.

 

Rijksmuseum van oudheden [06/001] Leiden.
N° AH 210.
Daté de Ramsès II / Usermaatre-Setepenre.

 Deir el-Medineh.

Source

 

Plan de l'article... 

 

Des conditions de travail probablement bien difficiles...

 

Ainsi, ne devaient-ils pas évoluer aux seins de jeux d'ombres ?

 

La fumée aurait dû imprégner les plafonds...

 

Mais comment faisait-il alors

 

A travers les Ostraca...

 

Etait-ce possible ?

 

Quand le chef des artisans de pharaon se fit pillard...

 

Bizarrement...

 

 De ce fait, son audace ne prit-elle pas une certaine ampleur ?   

 

→ Mais cela alla encore bien plus loin visiblement...

 

Cette fois-ci, Paneb était allé bien trop loin !

 

Nous pourrions pratiquement croire...

 

 

Stèle en calcaire de Paneb, EA272...
19e dynastie, vers 1 195 avant JC 

Paneb,

un contremaître, à genoux,

adorant la netjeret Meretseger de la nécropole Thébaine :

cette dernière se présente sous la forme d'un serpent.

Un cobra enroulé...
On y voit également trois hommes agenouillés

probablement les descendants de Paneb !

Source

 

Des conditions de travail probablement bien difficiles...

 

Ainsi...

Nous pouvons aisément subodorer ce que devait être les conditions de travail quant aux ouvriers de ce légendaire et spécifique village des artisans de pharaon à savoir, Deir el-Medineh :

- De longues heures de marches escarpées afin d'atteindre leur lieu de travail,

- Et si nous considérons les décades...

Nos anciens pouvaient être de fait coupés de leur vie familiale pendant presque dix jours, logeant probablement au sein d'abris intermédiaires.

- N'oublions pas également certaines conditions physiques, bien spécifiques.

Chaleur,

Situations assoiffantes,

Voir certainement bien étouffantes également,

...

 

Ainsi, ne devaient-ils pas évoluer aux seins de jeux d'ombres ?

 

Ceux engendrés bien évidemment par leurs lampes !

Et de fait, ne se mouvaient-ils pas nos anciens dans une certaine obscurité, au sein même des profondeurs, celles des hypogées ?

 

pachedu406

Voici l'hypogée TT3 de Pachedu...

Pached.

Nous sommes au cours du règne de Ramsès II, la 19e dynastie.

La montagne à l'oeil oudjat.

Irt Oudjâ.

Osiris sur son trône.

 Source /  Lien

 

Ils avaient donc recours à des lampes...

 

Au plus profond des galeries...

Nos artisans, tous spécialisés comme vous savez, devaient avoir recours à des lampes munies bien évidemment de mèche trempant dans de l'huile (Ricin,...) !

 

Nonobstant...

Si nous observons bien attentivement les hypogées, quel qu'ils soient d'ailleurs, nous pouvons nous apercevoir que les murs,..., et les plafonds tout particulièrement, ne possèdent aucune trace de suie.

Surprenant n'est-ce pas !

Aucuns résidus gras non plus, de ceux qui du reste auraient bien pu se déposer normalement au fil des heures de travail : les fresques sont d'une extraordinaire fraîcheur.

 

Revenons aux dernières demeures de la vallée des rois...

Seti II pour ne pas en mentionner d'autres...

Ainsi, notre pharaon avait fait creuser des galeries de plus de 100 mètres. Et, incroyable, il semblerait bien qu'il n'y est "aucune" trace de suie sur les murs, ni sur les plafonds. Nos fameux et légendaires artisans travaillaient-ils sans lumière ?

Que nenni !

 

A ce sujet d'ailleurs vous serez à même de lire certains auteurs faisant quelques suppositions comme cette :

 

Hypothèse faisant l'emploi d'un jeu de miroirs, probablement polis du reste.

Ils auraient alors réfléchi la lumière du jour, de miroir en miroir... Pas mal comme technique ! D'autant que physiquement, en certaine période, nos anciens en avaient la possibilité. Nonobstant, nous pourrions estimer à une perte d'efficacité d'au moins égale à 60%, voire probablement bien plus. Ceci en fonction de l'heure de la journée et, de fait de l'inclinaison des rayons de Râ. De toute façon, cela aurait pu être à la rigueur efficient avec des disques de cuivre polis pour les pièces proches de l'entrée. Cependant cela paraît bien impensable le long des galeries de plus de 100 mètres, comme celle de Seti II, et que dire alors du fameux hypogée KV5 !

 

Souvenons-nous des miroirs de l'Egypte ancienne...

 

 

"Egyptian, Classical, Ancient Near Eastern Art

On View: Egypt Reborn: Art for Eternity, Egyptian Orientation Gallery, 3rd Floor

The hairstyle of the nude female figure on the handle of this mirror—thick braids surrounding the face—was popular in the middle of the Eighteenth Dynasty, allowing art historians to date the work.

MEDIUM Silver and copper alloy.

 

Reportedly From: Aswan, Egypt

Dates ca. 1478-1390 B.C.E.

Dynasty 18e Dynasty

Period New Kingdom

Dimensions 9 3/4 x diam. 5 1/2 in. (24.7 x 14 cm) (show scale)"

 

Source

 

→ Ou alors que pensez-vous de cette soi-disant éventualité, avec "preuve à l'appui" en plus, faisant clairement allusion à de la production d'électricité... ?

 

Denderah cryptes2

Souvenez-vous du temple of Denderah, époque Ptolémaïque.
Djed pillar.

Source : Alex Bradipus in April 2005. GNU Free Documentation License

Source

 

A cet effet, souvenez-vous de cet écrivain ufologue, Erich Von Dänike. Il aurait cherché à reproduire cette supposée "ampoule". Il en serait même arrivé à démontrer que l'éclairage aurait été bien trop insuffisante (?).

Alors si...

A cette époque nous étions aptes à produire de l'électricité pouvant éclairer nos anciens artisans, il y a fort à parier, qu'aujourd'hui même, nous vivrions déjà sur Mars !

Finalement, tout est question d'interprétation, comme bien souvent du reste, même dans le domaine scientifique...

 

Ainsi...

Ne serait-ce pas plutôt une des représentations du netjer Harsumtus. Le serpent émerge à la vie au sein d'un lotus qui est fermé : 2 m de long sur environ 60 cm de large.

 

→ Et bien d'autres théories certainement...

 

La fumée aurait dû imprégner les plafonds !

 

L'état d'observation "semble" invalider l'utilisation de torches qui évidement aurait noircie au moins les plafonds !

 

Mais comment faisait-il alors

 

Car ils ne laissaient aucunes traces de combustion, ou si peu...

Ils employaient visiblement, comme les carriers du reste, des lampes munies de mèches trempant dans de l'huile, placées dans des vases, des coupes.

 

En fait...

Nos anciens auraient rajouté du sel dans l'huile !

 

" Le peu que savaient les Égyptiens,

il y a peut-être quelque mérite à l'avoir trouvé

près de trente siècles avant notre ère".

 

L'adjonction de ce minéral devait limiter fortement le dégagement de notre fumée noire !

Elle diminuait certes...

Nonobstant, il y en avait quand même un peu ! Les chercheurs en auraient effectivement trouvé quelques traces sur les plafonds. Cependant comme vous devez le savoir, les plafonds étaient logiquement traités en derniers ! De cette façon, nos anciens, éliminaient les dernières "empreintes" de fumée qui pouvaient y subsister.

 

A travers les Ostraca...

 

Nous avons été amenés à subodorer...

Que plus les égyptiens allaient profondément dans un hypogée et plus ils utilisaient de mèches : ce qui du reste semble quelque peu logique.

Et si elles permettaient aux artisans d'avoir de la lumière, le dispositif des mèches trempées dans l'huile leur était également utile afin de pouvoir mesurer leur temps de travail.

Car les mèches semblaient avoir été calculées afin de se consumer pendant un laps de temps bien précis, à savoir quatre heures !

 

Ainsi, chaque artisan percevait deux mèches et ce chaque matin :

- La première brûlant jusqu'à la pose de la demi-journée,

- Et, la seconde mesurant le temps de l'après-midi. Soit une journée de huit heures de travail.

Les chercheurs auraient à cet effet retrouvé des papyri de "comptabilité" donnant ces détails à Deir el-Medineh...

Le temps était bien géré ! D'ailleurs, afin qu'il n'y ait pas de temps perdu dans les déplacements entre le domicile des artisans résidant à Deir el-Medineh et leur lieu de chantier, des huttes furent construites à proximité, ils y vivaient visiblement tout le temps des travaux.

 

Etait-ce alors possible ?

 

Nous l'avons plus ou moins entrevu précédemment...

Le travail des artisans de Deir el-Medineh, même s'ils furent des privilégiés, protégés, nourris, vêtus, logés par pharaon, il n'en demeurait pas moins délicat et particulièrement difficile !

 

Serait-ce la difficulté de la fonction ?

Celui du labeur également qui poussa ce responsable d'équipe à devenir un vil personnage ?

 

Etait-ce à force de contempler le sublime ?

 

Pensait-il qu'il méritait un sort bien plus enviable encore ?

 

Son comportement fut-il inné ? Au point qu'il se serait exprimé de toute façon de cette manière, ailleurs, en d'autres circonstances, en d'autres lieux,...

 

Fut-il seulement le bras, agissant, d'un bien plus haut personnage ?

 

Nonobstant...

Le serons-nous véritablement un jour ?

 

Quand le chef des artisans de pharaon se fit pillard...

 

Pourtant...

Il n'y avait visiblement pas qu'Amennakht pour se plaindre de Paneb.

 

Paneb...

Fut bien cet "Artisan du village des ouvriers, contremaître du côté droit"...

D'ailleurs, il semble être né à Deir el-Medina. Vous savez cette communauté tout à fait unique qui est encore aujourd'hui visible, située dans "un creux", au sein des falaises, sur la rive ouest du Nil, à l'antique Ouaset.

 

Toute la communauté des artisans de Deir el-Medineh semblait lui reprocher sa tyrannie ainsi que ses violences.

 

De plus...

Il y avait ses débauches ! Celles dont Aâpéthy, son propre fils, fut manifestement l'habituel compagnon.

 

Parfois cela pouvait même atteindre une phase des plus critiques. Les choses pouvaient alors tourner mal entre le père et le fils. Cela atteignit même une sorte de paroxysme. Car ils pouvaient en venir aux mains.

 

Bien souvent d'ailleurs...

Ils se partageaient les faveurs des femmes de la communauté. Et lorsqu'elles ne furent pas consentantes, Paneb les violait ! Un rapport semble parfaitement démontrer qu'il aurait du reste abusé de l'une d'elles...

 

"Sur le faîte d'un mur"

 

"Il dépouilla Iyemouhaou de son habit

et

la jeta sur le faîte d'un mur

et

la força"

 

Bizarrement...

 

Ce fameux Paneb continua à bénéficier de la plus parfaite impunité !

 

Et ce malgré :

- Le statut que nous connaissons et ce quant aux respects de cette société vis-à-vis des femmes,

- Et des plaintes nombreuses de ses concitoyens.

 

De ce fait, son audace ne prit-elle pas une certaine ampleur ?

 

Désormais...

Il ne se gênait même plus.

Il sembla ainsi passer au pillage des hypogées qu'il fut, comme vous savez, chargé officiellement du moins, de protéger et au plus de les entretenir.

Il ne se contenta pas seulement de trafiquer des richesses...

Il prélevait aussi des matériaux, du mobilier,..., ainsi que des objets de valeur afin, bien certainement, d'aménager sa propre dernière demeure.

 

Mais cela alla encore bien plus loin visiblement...

 

Ostensiblement, il poussa le vice à faire travailler des équipes d'artisans. Vous l'aurez évidemment bien compris, il les détourna de leurs tâches normales.

 

Un jour...

Il fut cependant surpris dans l'hypogée de Séti II i.e. KV15. Il était en train de le mettre à sac.

La particularité de cet instant fut qu'il était complètement ivre ! On le retrouva gisant au beau milieu du butin qu'il voulait certainement préparer, afin d'emporter.

 

Cette fois-ci, Paneb était allé bien trop loin !

 

De plus, il y avait une quantité considérable de témoins. Et ce pour qu'il puisse avoir été possible à quiconque, fut-il vizir d'ailleurs, d'étouffer cette affaire.

 

Arrêté...

Paneb fut véritablement destitué et de fait traduit devant un tribunal.

 

Cependant encore bien curieusement, il n'existe aucune trace quant à sa peine ! Cependant...

Son nom disparaît de l'état des effectifs de la communauté du village des artisans de pharaons. Probablement, avait-il été condamné au bannissement, probablement même à l'exil,... (?)

 

Nous pourrions pratiquement croire...

 

Qu'après toute ses turpitudes, le brave Amennakht aurait enfin été rétabli dans ses véritables droits et ce en se voyant conférer évidemment le rang de chef d'équipage dont, rappelez-vous, il avait été véritablement spolié.

 

Eh bien non !

Ce fut visiblement un certain Aânakht qui succéda à Paneb.

 

Serait-ce possible...

Qu'en agissant de cette manière les autorités auraient désiré, de façon bien définitive cette fois-ci, tirer un trait sur cette bien pénible histoire ?

 

 

lhp3

 

Alors...

A suivre pour de prochaines avancées et ceci quant à la connaissance de cette thématique...

J'espère que vous avez pris autant de plaisir à lire mes textes que j'en ai eu à vous les écrire !

 

"Estatuilla de un portaestandarte con la efigie del dios Haroeris.
Deir el-Medina, Reino Nuevo.
Museo Egizio de Turín.
Cat. 3049"

Source / Bernard-Bruy / Lien

 

 

Cle de vie

 

Je vous ai peut-être intéressé ?
 

Alors @ bientôt

 

et ce sous des horizons égyptologiques...

 

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

Sources...

 

Les artistes de Pharaon.  Catalogue  du Louvre 2002.  La confrérie des bâtisseurs  de  Pharaon. M. Bierbrier.

 

Odile Weulersse, "Les pilleurs de sarcophages",  Hachette, Livre de poche no 191, 1989, 

 

Nicolas Grimal, Histoire de l'Égypte ancienne, Fayard, Paris, Novembre 1988 et 1997, LGF, Livre de Poche, Janvier 1994.   

 

F.Hassanein et Monique Nelson : La tombe du Prince Kaemouaset, pp. 16-29, VdR 44, Le Caire, 1997.

 

Christiane Desroches Noblecourt, Ramsès II - La véritable histoire - France Loisirs / Stock - ISBN 2724271289 -

 

Et plus spécifiquement peut-être :

 

Menu B., "Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’Ancienne Egypte", L’Harmattan, 2004

 

Vernus Pascal : "Affaires et scandales sous les Ramsès" Pygmalion, 1997

 

  http://images.gibertjoseph.com/media/catalog/product/cache/1/image/9df78eab33525d08d6e5fb8d27136e95/i/935/9782857043935_1_75.jpg

 

"Les exactions de Paneb. Itinéraire d'un criminel égyptien." Valérie Angenot.

 

J. Winand et le «Le serment de Paneb et de son fils ; Papyrus Salt 124, Vo 1, 6-8», Bulletin de la Société d'Égyptologie, no 15, 1991, en pages 107 à 113.

 

J.-P. Corteggiani, La tombe d'Amennakht [N. 266] à Deir el-Medina, BIFAO 84, 1984, p. 61-80.
 

 

Sitographie...

 

Wikipedia

 

Worldcat.org

 

Taggé avec :

 

Parcours thématiques...

 

Les dynasties...

 

Pharaons et Personnalités en Égypte antique ! 

 

Clé de VIE

 

Aphorisme...

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...

 

"En vérité,

 

le chemin importe peu,

 

la volonté d'arriver suffit à tout."
Albert Camus

 

aimé

 

vie, santé, force (v.s.f.).

 

vie, force et santé.

Sḏm(.w) ˁš m st Mȝˁt.  Voici les serviteurs de "la place de vérité", st Mȝˁ.t , Sat Maât.  Nous sommes bien sûr au sein de Deir el-Medineh, pȝ dmj, "la cité"...
Sḏm(.w) ˁš m st Mȝˁt.  Voici les serviteurs de "la place de vérité", st Mȝˁ.t , Sat Maât.  Nous sommes bien sûr au sein de Deir el-Medineh, pȝ dmj, "la cité"...
Sḏm(.w) ˁš m st Mȝˁt.  Voici les serviteurs de "la place de vérité", st Mȝˁ.t , Sat Maât.  Nous sommes bien sûr au sein de Deir el-Medineh, pȝ dmj, "la cité"...
Sḏm(.w) ˁš m st Mȝˁt.  Voici les serviteurs de "la place de vérité", st Mȝˁ.t , Sat Maât.  Nous sommes bien sûr au sein de Deir el-Medineh, pȝ dmj, "la cité"...
Sḏm(.w) ˁš m st Mȝˁt.  Voici les serviteurs de "la place de vérité", st Mȝˁ.t , Sat Maât.  Nous sommes bien sûr au sein de Deir el-Medineh, pȝ dmj, "la cité"...
Sḏm(.w) ˁš m st Mȝˁt.  Voici les serviteurs de "la place de vérité", st Mȝˁ.t , Sat Maât.  Nous sommes bien sûr au sein de Deir el-Medineh, pȝ dmj, "la cité"...
Sḏm(.w) ˁš m st Mȝˁt.  Voici les serviteurs de "la place de vérité", st Mȝˁ.t , Sat Maât.  Nous sommes bien sûr au sein de Deir el-Medineh, pȝ dmj, "la cité"...
Sḏm(.w) ˁš m st Mȝˁt.  Voici les serviteurs de "la place de vérité", st Mȝˁ.t , Sat Maât.  Nous sommes bien sûr au sein de Deir el-Medineh, pȝ dmj, "la cité"...
Sḏm(.w) ˁš m st Mȝˁt.  Voici les serviteurs de "la place de vérité", st Mȝˁ.t , Sat Maât.  Nous sommes bien sûr au sein de Deir el-Medineh, pȝ dmj, "la cité"...
Sḏm(.w) ˁš m st Mȝˁt.  Voici les serviteurs de "la place de vérité", st Mȝˁ.t , Sat Maât.  Nous sommes bien sûr au sein de Deir el-Medineh, pȝ dmj, "la cité"...
Sḏm(.w) ˁš m st Mȝˁt.  Voici les serviteurs de "la place de vérité", st Mȝˁ.t , Sat Maât.  Nous sommes bien sûr au sein de Deir el-Medineh, pȝ dmj, "la cité"...

Sḏm(.w) ˁš m st Mȝˁt. Voici les serviteurs de "la place de vérité", st Mȝˁ.t , Sat Maât. Nous sommes bien sûr au sein de Deir el-Medineh, pȝ dmj, "la cité"...

Partager cet article

Repost 0