Le site d'Aimé Jean-Claude

Nos anciens s'adressaient bien à leurs défunts, à travers des lettres... En Égypte ancienne !

ankh hiero 

 

www.aime-free.com 

 

ww.aime-jeanclaude-free.com  

 

Comme vous le savez, nos vénérables anciens savaient parfaitement transcrire sur divers supports, leurs pensées, leurs savoirs,...

 

Nonobstant, écrire ne devait pas servir seulement à réaliser des textes religieux .

Des textes profanes...

A échanger des informations entre différentes personnes.

...

 

Leurs écritures pouvaient également être adressées à leurs anciens, mais lisez plutôt :


"À l'Ami,

l'Unique,

Néfersefkhi.

 

C'est la sœur qui s'adresse à son frère : ceci est une grande plainte !

 

Puisse être efficace notre plainte au Confident

(indique que cet homme était un proche du pharaon),

au sujet de ceux qui agissent contre ma fille, très injustement !

 

Il

(le mari défunt)

n'a rien donné à la fille qui fait nos offrandes invocatoires, alors qu'on n'a rien fait contre lui

et

que sa nourriture n'a pas été mangée.

 

Un akh ne doit-il pas veiller sur ceux qui restent sur terre ?

 

Rends donc ton verdict contre celui qui me fait du tort, puisqu'un justifié de voix se doit d'être contre tout mort

et

toute morte qui fait cela à une fille"

2 000 ans avant notre ère.

Cette lettre semble avoir été adressée par une femme réclamant à son mari défunt l'aide à laquelle elle pensait avoir droit !

 

Cette pratique semble être attestée dès l’Ancien Empire.

Nonobstant, cela fut bien peu répandue.

 

La majorité des lettres semblent être concentrée au cours de la Première Période Intermédiaire.

 

Était-ce lié :

- Aux troubles politiques ?

- Sociales ?

- A ce pouvoir central qui finalement ne l'était plus vraiment,

- A la rupture de cette stabilité centenaire ?

- Aux chaos qui devaient bien en résulter ? Il nous paraît alors aisé de subodorer que cette désagrégation géopolitique se coupla avec un malaise existentiel, une peur du lendemain, un atavisme ancestral,... Et qui dès lors, se transcrivit en quelque sorte, en certaines pratiques funéraires, rites, croyances, cultes,...

 

Entrée d'un des nombreux tombeaux - Deir El-Medineh - 

Voici l'entrée d'un des nombreux hypogées de Deir el-Medineh...

 

Plan de l'article... 

 

→ Ansi, nos anciens écrivaient à leurs défunts !

 

→ Ainsi au Nouvel Empire, à Deir el-Medineh... 

 

→ Que se passait-il alors, lorsque le défunt était sans famille ?

 

→ Voici donc une très belle lettre......

 

→ Quelques cas rencontrés... 

 

Ainsi, nos anciens écrivaient à leurs défunts !

 

Nos anciens avaient bien cette possibilité tant recherchée...

Du moins, il semblait y croire fortement.

Celle de se mettre en contact avec leurs défunts.

Et cela à travers leurs écrits.

 

Aujourd'hui, pour nos esprits parfaitement occidentaux, cela pourrait bien sembler être une pratique particulièrement étonnante, voir même une croyance surprenante,...

 

Mais cela ne fut point le cas pour nos anciens en cette antiquité.

Comme vous le savez, le culte des défunts était extrêmement important.

 

Ainsi au Nouvel Empire, à Deir el-Medineh...

 

Des stèles...

Des tables d'offrandes...

...

Des bustes représentaient les ancêtres ! Ils étaient conservés dans les masures, dans des chapelles,... 

Une belle démonstration, s'il en était encore besoin, de ce que pouvait représenter le souvenir, celui de leurs disparus.

 

Était-ce une pratique...

Un comportement...

Un rite...

Un culte pouvant s'expliquer par un très grand respect quant à cet être ayant probablement rejoint le monde d'Osiris ?

 

→ ...

 

Ou était-ce par crainte de ce que pouvait leur faire les êtres de l'au-delà ?

 

Car les vivants avaient des devoirs :

- S'occuper des dernières demeures de leurs ancêtres et cela correctement,

- Faire des offrandes,

- ...

 

Mais dans le cas contraire...

Dans cette éventualité ou ils ne respecteraient pas leurs devoirs, ils devaient certainement penser que leurs ancêtres disparus pouvaient revenir et troubler leurs descendants bien négligents.

 

Que se passait-il alors, lorsque le défunt était sans famille ?

 

Depuis que l'Homme fut apte à imaginer, à essayer de comprendre son environnement, à considérer la place qu'il devait bien y occuper,...

Il lui paraissait alors évident que chaque être humain en tout cas, se devait d'être composé à la fois d'un corps mortel et d'un esprit immortelle.

 

Nos anciens ne dérogeaient pas finalement à ce constat.

Ayant une psyché bien plus évolué, ils élaborèrent de fait une conception bien plus complexe encore.

De plus, n'oublions pas que pour eux, la mort "Totale" était impensable.

 

  l'ombre de Nakhtamon sort de sa tombe

    L'ombre de Nakhtamon sortant de son hypogée !

A Deir el-Médina... 

 

Voyez le shouyt...

Cette ombre fut représentée ici par une silhouette noire et le , cet oiseau à tête humaine.

Souvenez-vous, le fut bien un principe spirituel, il prenait ainsi son envol lors de la rupture.

Quant à cette fameuse "ombre", nous pouvons dire qu'elle fut une des composantes visibles de l'individu, affectée dès sa naissance, et qui visiblement devait continuer à exister même après la mort.

C'est une des composantes visible de l'individu qui lui est affectée dès sa naissance et qui continue à exister dans l'Au-delà même après la mort. - See more at: http://mythologica.fr/egypte/concept.htm#sthash.23e8McR3.dpuf
C'est une des composantes visible de l'individu qui lui est affectée dès sa naissance et qui continue à exister dans l'Au-delà même après la mort. - See more at: http://mythologica.fr/egypte/concept.htm#sthash.23e8McR3.dpuf

 

Le corps et, l'ombre furent bien liés.

L'ombre gardait pour le corps du défunt une fonction primordiale, elle était liée à la mobilité que l'être devait garder lors de son décès.

 

Ainsi y virent-ils :

- Le corps : djet...

- ...

- Le : une analogie bien lointaine à cette âme, des pays occidentaux...

 

Ils devenaient probablement des êtres "fantômes" (?)

Une manifestation bien surnaturelle...

Une ombre...

 

De plus, ils devaient certainement, du moins le croyaient-ils, déranger les vivants.

Une conception fort lointaine que celle du défunt revenant hanter...

 

Le shouyt , l'ombre, représentée ici par une silhouette n

  L'ombre de Nakhtamon sortant de son hypogée...

Deir el-Médina, TT341...

Chef des prêtres du sanctuaire au Ramasseum...

 

Voici donc une très belle lettre...

Louvre E 6134...

 

Mais elle était destinée aux défunts.

 

Elle fut transcrite sur un bol datée de la Première Période Intermédiaire.

 

"O Méreri,

né de Mérit !

 

Qu'Osiris-Khentyimentyou te donne des millions d'années en octroyant à ton nez la brise,

en te donnant du pain

et

de la bière aux côtés d'Hathor,

la dame de l'horizon

[...]

tu t'opposes aux ennemis, mâle et femelle,

qui ont de mauvaises intentions contre votre maison,

contre ton frère, et contre ta mère

[...].

 

Comme tu étais excellent sur terre,

tu es excellent dans la nécropole

 [...].

 

Sois, dans ton propre intérêt, le plus favorable de mes défunts, mâle ou femelle !

 

Tu sais, il m'a dit :

 

"Je porterai plainte contre toi et contre tes enfants".

 

Plains-toi, pour ta part !

 

Vois, tu es dans la place de justification."

 

Voici le fameux "Le bol de Hou"...

 

  uc16244small http://www.digitalegypt.ucl.ac.uk/hu/letterdead.html

 Petrie Museum...

Voici un article passionnant

que je vous conseille d'ailleurs de consulter d' © Henri Doranlo

Lien 

"snt Ddt n sn.s smr waty nfr-sfxi
ianw aA Ax ianw n-m
diw n.k Hr nn n irw r sAt.i nf nf
n irt.n(.i) r.f n wnm(.i) iSt.f n rdi.f xt n sAt.i
irr.t(w) prt-xrw n Ax Hr sbt Hr-tp tA
ir n.k wpt.k Hna irr mrt n(.i)
Dr-ntt mAa xrw(.i) r mwt mwtt nb irr nn r sAt(.i)" 

 

Mais voilà...

 

Les défunts ne furent pas considérés uniquement comme des fauteurs de troubles potentiels, des... 

 

Ils pouvaient visiblement être aussi de parfaits intercepteurs. C'est à dire qu'ils pouvaient régler des petits comme de grands problèmes et ceci pour leurs descendants.

 

Ancien Empire et Moyenne Empire...

 

Nonobstant, ne vous y tromper pas, car il s'agissait en fait de véritable lettre.

 

Toutefois, nous pouvons avouer qu'elle fut écrite sur un support bien différent d'une lettre ordinaire à savoir un papyrus, un ostracon,...

 

Voici quelques différentes formes que pouvaient revêtir finalement ces fameuses lettres :

- Des toiles de lin,

- Des stèles,

- Et bien plus rarement, des papyrus, mais toujours possible quand même...

 

Mais les plus fréquentes furent essentiellement :

- Des bols, se développant en spirale,

- Des jarres aussi, contenant de plus quelques offrandes destinées à s'attirer la bienveillance du défunt.

 

De plus, ces fameuses lettres furent visiblement et bien souvent inscrites en hiératiques.

 

Quelques sujets rencontrés...

 

Une veuve demandait à son mari de veiller sur les intérêts de leurs enfants contre les indélicats.

 

→ Un veuf demandait à son épouse de cesser de le persécuter, car il fut un bon et fidèle époux et s'était toujours bien occupé d'elle.

 

→ Un homme était tombé malade après la mort de son frère et ses terres lui ont été prises.

Il s'adressait alors à lui afin qu'il l'aida à trouver la cause de son malheur, et lui demandait également si ses parents ne pouvaient pas participer à sa recherche.

 

→ Un homme craignait la colère d'une défunte, il lui écrivit afin de l'apaiser.

 

→ Une femme pensait que son gendre décédé tourmentait sa fille.

Elle demandait alors dans sa lettre à son époux défunt de porter plainte contre lui au tribunal d'Osiris.

 

→ ...

 

Neferoubenef.jpg

La sortie au jour du

et

de l'ombre de Neferoubenef.

Vignette du chapitre 92...

  Louvre.

© Soutekh67

                         

Afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

     • Sources... 

 

Les Lettres aux morts dans l'Égypte ancienne, Max Guilmot, 1966 n° 170-1,  p 1-27.

 

Scènes de L'Égypte Ancienne Et Autres Documents, Raphaël Bertrand, Anoup Edition.  

 

Fernand Schwarz, Initiation aux livres des morts égyptiens, Albin Michel, coll. "Spiritualités vivantes", 1988, p. 25-28.


Gardiner-Sethe 1928, Alan H. Gardiner-Kurt Sethe. Egyptian Letters to the Dead, London.

 

Wente 1990, Edward F. Wente, Letters from Ancient Egypt, Atlanta.

 

 

     • Sitographie... 

 

Wikipedia

 

http://rennesegypto.free.fr/spip.php?article108

 

http://www.digitalegypt.ucl.ac.uk/hu/letterdead.html

 

Le bol de Hou par Henri Doranlo.

 

      • Taggé avec...

 

Parcours thématiques...

 

Les dynasties...

 

Paradigme en Égypte Antique... 

 

 

Aphorismes...

Ceci pour autoriser et provoquer d'autres pensées !

Aucune prétention...

Ne prétend pas tout dire...

 

"Traitez bien la terre,

 elle ne vous a pas été donnée par vos parents, 

elle vous a été prêté pour vos enfants.

Crazy Horse, Lakota / Oglala.

 

"La terre est vivante.
Les montagnes parlent.
Les arbres chantent.
Les lacs peuvent penser.
Les cailloux possèdent une âme.
Les pierres ont du pouvoir."

Lame Deer, homme médecine Lakota  

 

Fichier en PDF...

 

Nos anciens s'adressaient bien à leurs défunts, à traverNos anciens s'adressaient bien à leurs défunts, à travers des lettres... En Égypte ancienne !

 

 

  Ami(e)s lecteurs (lectrices). 


  Vie, Santé, Force !

 

 

aimé

.

Nos anciens s'adressaient bien à leurs défunts, à travers des lettres... En Égypte ancienne !
Nos anciens s'adressaient bien à leurs défunts, à travers des lettres... En Égypte ancienne !
Nos anciens s'adressaient bien à leurs défunts, à travers des lettres... En Égypte ancienne !
Nos anciens s'adressaient bien à leurs défunts, à travers des lettres... En Égypte ancienne !

Partager cet article

Repost 0