Le site d'Aimé Jean-Claude

Embaumer afin que puisse vivre le bâ !... (n°10) en Égypte ancienne !

ankh hiero

 

La mort "totale"

était impensable pour les Égyptiens.  

 

 

Improprement traduit par âme, le bâ est un principe spirituel qui prend son envol à la mort du défunt !


Paradoxe peut être, puisque Bâ était néanmoins lié à la vie !


Mais, à la vie post mortem du défunt.

 

Irinefer.jpg

  Tombeau d’Irinéfer.

Dans la vallée des Nobles.

 

Décodage de cette superbe "chromolithographie"...

 

Représentation en quelque sorte, d'une formule magique et, ceci afin d'ouvrir l'hypogée d'Irinéfer à :

• Son bâ,

• Ainsi qu'à son ombre...

 

Et tout cela afin :

• Qu'il puisse sortir au jour, d'où le nom d'un livre... du même nom !

• Qu'il puisse être le maître de ses deux jambes !

 

Ainsi vous aurez bien remarqué la présence de l'oiseau d’Irinéfer, appelé également , ni plus ni moins à deux reprises représenté ici !

• Quittant l'hypogée,

• Y retournant aussi !


Ainsi, l'antique Égyptien devait conserver dans l’au-delà :

• Une totale liberté de mouvement,

• Et pouvoir quitter sa tombe sous des apparences diverses, mais c’était toujours pour y revenir.

 

De plus :

 

→ Vous aurez vu cette ombre noire, celle du défunt Irinéfer dans l’encadrement de la porte de l'hypogée.

 

→ Devant cette fameuse ombre était représentée, sous la forme d’un disque noir, le disque solaire éclairant le monde souterrain.

 

Formule pour sortir au jour...
Sources : "Livre des morts" /  "Livre pour sortir au jour", Le Cerf, Paris, 1976.

Ce livre dont nous venons de mentionner avec cette image d'Irinéfer :

 

"Les portes du ciel se sont ouvertes pour moi,
les portes de la terre se sont ouvertes pour moi ;
 les verrous de Geb
  [le dieu de la terre] 
se sont ouverts pour moi,
la voûte céleste s'est ouverte pour moi.

Celui qui me gardait m'a délié,
celui qui avait attaché son bras à moi l'a détaché vers le soi...

]'ai
 [à nouveau]  
l'usage de mon coeur,
 l'usage de mon muscle cardiaque,
 l'usage de mes bras,
 l'usage de mes jambes,
 l'usage de ma bouche,
 l'usage de
[tous] mes membres,
 je peux disposer des offrandes funéraires,
 disposer de l'eau,
 de la brise,
 du flot,
 du fleuve,
 disposer de ceux oui agissent contre moi et de celles oui agissent contre moi dans l'empire des morts,
disposer des ordres édictés contre moi sur terre...

Je me soulève sur mon côté gauche et je me mets sur mon côté droit ;
 je me soulève sur mon côté droit et je me mets sur mon côté gauche ;
 Je m'assieds,
je me mets debout,
 je secoue ma poussière.

Ma langue et ma bouche sont des guides habiles.
Celui qui connaît ce livre,
 il peut sortir au jour et se promener sur terre parmi les vivants,
 et il ne peut pas périr, jamais.

Cela s'est révélé efficace des millions de fois."

sortir-au-jour.jpg

L'expression "sortir au jour" ou "sortir pendant les heures de la lumière solaire représente le désir suprême du mort de s'unir au nombre des bienheureux qui entourent le soleil" était bien un symbole de la vie.

sortir-au-jour-copie-1.gif

 

Prélude d'une rupture... 

 

Un petit rappel de ce que nous avons déjà traité sur ce sujet...

Si cela vous est nécessaire !

 

Pour en savoir davantage sur ce principe spirituel des temps fort anciens, je vous convie donc à suivre les liens (en jaune) : ceux-ci correspondent à des articles édités précédemment !


Qu'avons nous donc découvert jusqu'à présent ?

 

 

Article n°1 :  pour conserver son Bâ...

 

Article n°2 :  il avait la capacité de passer d'un plan du réel à un autre !

 

Article n°3 :  il n'était pas pour autant autonome

 

Article n°4 :  à coté de l'ombre, liée à la sexualité du défunt...

 

Article n°5:   les ailes de Bâ incarnaient bien sa mobilité 

 

Article n°6à l'origine, il y avait Bâ... A la fin y eu Bâ...

 

Article n°7 :  le bâ des netjerou  évoluait selon des règles différentes...

 

 Article n° 8 : quand bâ animait les statues

 

Article n°9 :  "Ka" par rapport à "bâ" !

  

 Nekken âme

de Nekhen.
Règne de Sésostris I (1 961-1 917 avant J.-C.)
Calcaire peint, du temple de la pyramide de Sésostris I

Lisht
Fonds Rogers, 1909 (09.180.41) 

 

Aucun culte ne fut rendu à bâ…


Bâ fut vénéré probablement des millions de fois et, cela à travers le culte rendu au bâ de chaque : 

- Être ayant été mortel auparavant !

- Pharaon,

- Nétèrou,

-…


Sans lui être spécifiquement réservés on l'adulait néanmoins au niveau :

- Les temples,

- Et les hypogées…


Vénérer la statue d’un nétèr, que cela soit :

- Au sein d'un sanctuaire,

- Ou lors de processions… Cela correspondait à la vénération du bâ de la divinité !


Mais le bâ qui importait le plus aux yeux de nos antiques Egyptiens fut forcément celui correspondant à chaque mortel, qu’il fut pharaon ou alors un simple sujet de sa majesté !


Une adulation qui devait s’effectuer de manière bien différente selon le niveau social de l’individu !


Embaumer afin que puisse vivre le "bâ" !


Lorsque survint cette fatidique rupture, la mort en somme, les différents éléments de l’être qui devaient nous composer à savoir le : 

- Corps,

- Coeur,

- Nom,

- Ka,

- Bâ, se dissociaient, tout en conservant chacun leur intégrité.

 

Bien qu'évoluant désormais indépendamment les uns des autres, il importait qu'ils puissent  se rassembler de nouveau.

Sans cela, la vie post mortem serait impossible !

 

La non-conservation du corps après la rupture... fut donc inconcevable pour les Égyptiens !

Du moins en était-il ainsi, pour la classe des nanties...  Vous aurez-bien compris, au moins 80%, si cela n'est pas plus de la population, n'y avait pas accès... à cette éternité !

Rappelez-vous, au début de l'ère pharaonique, seul pharaon avait cette possibilité, d'infini, d'éternité... !

 

La préservation fut même une condition impérative afin que :

- Ka,

- bâ,

- Nom,

- Ombre,... puissent également survivre... Qu'ils ne puissent pas errer éternellement comme des fantômes !

 

Les techniques d'embaumements mises au point par les antiques Égyptiens répondirent très tôt à cette quiétude. 

 

Soliloque...

 

Légitimement, il serait opportun de se demander qui vint en premier entre :

- L'embaumement,

- Et cette théologie stipulant le caractère impératif de la préservation du corps, si l'on désirait que le bâ,... puisse survivre !

 

Certainement, la momification ?

 

Qu'en pensez-vous ami(e)s lecteur ?

 

Car bâ était finalement le vrai interlocuteur des vivants lorsque ceux-ci s'adressaient : 

- A leurs nétèrou,

- A leurs défunts...  

 

 

  ba

 

A suivre... 


Désinences... prochainement sur le même sujet... à savoir les Baou...

   

- Libérer Bâ,

- Au tombeau, 

- ...  

 

 

A fin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

 

     • Sources...

 

 

Initiation aux Livres des Morts égyptien, éditions Albin Michel, 1991

 

Égypte, les mystères du sacré, Éditions du Félin, 1987

 

Guilmot, Max, Le Message spirituel de l'Égypte ancienne, Édition du Rocher, Monaco

 

www.egyptologica.be_papyrus_ani_pa_planche10

 

Gaston Maspero, Études égyptiennes, Éditions Imprimerie Nationale, 1879 

 

Symbolique de l’Égypte, éditions du Huitième jour 

 

Collection "Passion de l'Egypte" Editions Atlas 2003

 

Clé de VIE


 

Apophtegme...  

 

Etre Humain
C'est aimer les hommes


Etre Sage
C'est apprendre à les connaître.
Lao Tseu

 

 

Fichier en PDF 

 

Embaumer afin que puisse vivre le bâ !... (10) en Egypte a Embaumer afin que puisse vivre le bâ !... (10) en Égypte ancienne !  

 

 

aimé

 

jean-claude


Partager cet article

Repost 0