Le site d'Aimé Jean-Claude

Nourrir le ka... (9) : en Égypte ancienne !

ankh hiero

 

-----_----------_--------_----.jpgFormule d'offrande sur une stèle funéraire.

La formule commence à la premiére ligne et se lit de droite à gauche.

 

Préambule...

Un petit rappel de ce que nous avons déjà traité sur ce sujet...

Si cela vous est nécessaire ! 

 

Pour en savoir davantage sur ce que fut le ka ou le Ka... ainsi que la différence intrinsèque, je vous convie donc à suivre les liens (en jaune) : ceux-ci correspondent à des articles édités précédemment ! 

 

hiero_D28--KA-copie-1.png

Hiéroglyphe D28 

KA

 

− Une introduction sur le sujet nous avait amené à parler d'Hemouset et de son Ka dit féminin !  

 

Elle serait apparue en relation :

• Avec la naissance,

• Et, la fertilité ! 

 

Nous avons donc vu que le Ka était :   

• Représenté en un personnage, portant sur la tête, deux bras tendus, 

• Une force vitale,

• Bien présent du vivant de chaque l'être,

• Composé en vérité de 4 kaou :

       → Une longue vie,

       → Une existence matérielle heureuse,

       → Un bel enterrement,

       → Et, une postérité. 

 

Et :

• Qu'il désignait les aliments,

• Que les offrandes funéraires étaient bien destinées au Ka du défunt !


Mais voilà :

• Atteindre son Ka,

• Rejoindre son Ka,

"Passer à son ka"... Signifiait mourir !

 

Il représentait les énergies vitales... du côté psychique et, non pas physique !

• Que toute vie se pérennisait grâce à lui !

 

  Ka était la divination du ka, l'essence même de l'être !  

• Comme le Bâ, il ne pouvait exister sans l'être auquel il était associé. Ainsi tous les êtres avaient leur ka en Egypte antique !

 

− Le ka était de  l'ordre du divin, du psychisme !  

 

− Voyez plutôt, lorsque naissait un nouvel être, son ka apparaissait avec lui : il serait alors façonné par Knoum, le potier !

 

Aucun être ne pouvait :

• Saisir son ka,

• Encore moins le voir !  

 

Mais il manifestait bien, la continuité des générations !  

 

− Ainsi, nous avons découvert que le ka du roi, lui venant des nétèrou, était associé au premier de ses cinq noms de couronnement !

 

− Les nétèrou...

Ils vivaient eux aussi, en compagnie de leurs kaou ! Ainsi, n'avons-nous pas vu dans les textes des pyramides Osiris...

 

Vénérer Ka revenait en vérité à idolâtrer chaque nétèr d'Egypte !

Prier Ka relevait d'abord d'un office extrêmement personnel !

A la différence d'autres concepts personnifiés, comme Maât par exemple, Ka recevait un culte propre : "maison du ka", "château du ka"... Là, était censé reposer le ka de chaque divinité locale.  

 

 

 

numérisation0002Un beau couple Ka.

(Reconnaissable aux deux bras dressés sur sa tête).

et  

Hemouset (à gauche), entourant d'amour des enfants. 

Temple d'Hatchepsout à Deir el Bahari.

 

 

Statue du Ka du roi Hor, fin de la XIIe dynastie. Musée du

Statue en bois.

Représentation du ka du roi Hor Aoutibré.

(XIIIe dynastie)


Ainsi pouvons-nous dire de Ka :

 

Qu'il était souvent représenté de part un homme avec ses deux bras en opposition sur la tête ! Ils auraient également été situés derrière...

 

Mais cette représentation concernait avant tout pharaon ! Pour le commun des mortels le ka restait dans l'autre monde.


  Il doit être en chaque "être"

afin que celui-ci, humain ou divin,

s'anime. 

  hiero_D28--KA-copie-1.png

hieroglyphe D28 

KA

 

C'est bien l'association, celle des différents composants, qui donnait :

- Le souffle,

- Et, la vie au corps.   

 

C'était une force vitale comprise non pas comme une puissance globale mais plutôt comme :

- La vie de chacun,

- La force créatrice intrinsèque à l'Homme, construisant et entretenant son corps.

 

Le ka était bien l'un des composants indissociables du vivant de l'être :

- "Le double spirituel",

- Naissant en même temps que l'humain,

- Et, survivant à sa mort.


Il représentait bien la personnalité humaine.

 

Vous avez bien compris ce concept : comme pour le , il fallait conserver le corps dans son intégrité physique afin que le ka et le puisse en reprendre possession, autant qu'il le souhaitait du moins !

 

Il y avait bien une statue, façonnée à l'effigie du défunt et, qui permettait au ka de retrouver les traits sous lesquels il était jadis incarné.


Nourrir le "ka"...

 

Pour conserver son énergie, il importait que Ka se nourrisse ! 

 

Ainsi le ka des défunts devait-il recevoir de quoi se sustenter.

 

Et cela, sous la forme de nourriture déposée physiquement :

- Au pied du serbab,

- Ou plus symboliquement sur la table d'offrande sculptée en bas-relief sur la paroi de la chapelle funéraire. 

 

On notera à ce sujet, que le pluriel de ka est bien kaou !  

 

Cela signifiait :

- Entre autres "nourritures",

- Et, en particulier, les nourritures funéraires consacrées aux défunts et déposées, ou simplement représentées dans l'hypogée.

  Mastaba d'Iroukaptah , tranches de pains

Mastaba d'Iroukaptah.

 Tranches de pains.


Désinences... prochainement sur le même sujet à savoir Ka...

 

- Ka premier,

- le Ka de pharaon,

- Ka à l'origine du nom "Egypte",

- ... 

 

Sources et, afin d'en connaître davantage, je vous invite à consulter :

 

Conférence "Hatchepsout" par Christiane Desroches Noblecourt, Septembre 2002. 

 

La Vallée des Rois - éditions Gründ -

 

Deir El-Bahari  Auteur : Jean LECLANT

 

Jan Assmann, Mort et au-delà dans l'Égypte ancienne, Monaco, Éditions du Rocher, 2001 (ISBN 2268043584)

 

  ka.jpg

Apophtegme...  Parole du sage PTAH-HOTEP 

 

A tous ceux qui pensent détenir la vérité...

 

Veuillez, S.V.P, vous inspirer de ces quelques phrases écrites il y a 4 500 ans !


   Des manières de tables.

 

 

"Si tu es un homme qui fait partie de ceux qui sont assis à table d’un plus grand que toi,


accepte ce qu’il donne, de la manière dont cela sera placé devant ton nez.

 

Regarde ce qui est devant toi, ne te disperse pas par quantité de regards ;

 

c’est l’abomination du ka que d’être harcelé.

 

Ne lui adresse pas la parole avant qu’il ne t’appelle ; on ne sait pas s’il est en mauvaise disposition du cœur.

 

Parle lorsqu’il s’adresse à toi, et que ton discours rende le cœur heureux.

 

Quant au grand, assis derrière les pains, que son comportement se conforme à la directive de son ka.

 

Il fera un don à celui qu’il distingue ;

 

c’est la coutume à la tombée de la nuit.

 

C’est le ka qui étend ses bras.

 

Le grand fait un don à celui qui a atteint la condition d’homme de qualité.

 

Les pains sont mangés conformément à la volonté de dieu, c’est l’ignorant qui s’en plaindrait." 

 

Ainsi, vous l'aurez bien compris, le Ka désignait en définitif :

- la personnalité d'un individu,

- le reflet de sa vitalité,

- et, de sa santé morale...

 

A voir également... 

 

Un "Ka" féminin (1) : en Egypte antique !

 

Ka ... et ses différents aspects (2) : en Egypte ancienne !

 

L'essence de l'être ou le ka... (3) : en Egypte ancienne !

 

ka... et le restant de l'être (4) : en Egypte ancienne !

 

La naissance du ka... (5) : en Egypte ancienne !

 

Le ka de Pharaon... (6) : en Egypte ancienne !

 

Des kaou et des neterou... (7) : en Egypte ancienne !

 

La maison du ka... (8) : en Egypte ancienne !


 

Fichier en mode PDF 

 

Nourrir le ka... (9) en Egypte ancienne ! Nourrir le ka... (9) en Égypte ancienne !  

 

 

 

 

aimé

 

 

jean-claude

 

 


Partager cet article

Repost 0