5 femmes cheffes d'entreprise inspirantes en France

Business web
5 femmes cheffes d'entreprise inspirantes en France

Bien que l'entrepreneuriat féminin n'en soit pas à ses débuts, il est encore mal connu. Ce n'est qu'il y a quelques années qu'un véritable mouvement en faveur de la valorisation des entrepreneures. Un mouvement qui a permis d'en révéler plusieurs avec un parcours très inspirant. Intéressons-nous au parcours de cinq cheffes d'entreprises inspirantes en France.

Julie Chapon, copromotrice de « Yuka »

L'aventure Yuka démarre par la participation en 2016 aux côtés d'un ami et son frère, au Food Hackathon. L'objet connecté qu'ils présentent permet d'indiquer si un aliment est sain pour la santé. Après avoir remporté la première place de la compétition, les 3 amis s'associent pour créer l'application Yuka un an plus tard.

Avec Yuka, vous pouvez scanner des produits avec votre smartphone et savoir concrètement, sur la base d'informations nutritionnelles si sa consommation est bénéfique pour votre santé. Le projet a pour objectif non seulement d'éveiller la conscience des consommateurs, mais aussi, de pousser les industriels à proposer des produits de meilleure qualité.

Imène Draredja, promotrice de Girls Job

Son expérience professionnelle peu reluisante, faite essentiellement de petits boulots, a fait prendre conscience à Imène Draredja l'importance pour une femme d'avoir un réseau professionnel fiable. Ce parcours lui a même valu le surnom de « multi-jobeuse récidiviste ».

Elle crée une communauté sur Facebook, baptisée Girls Job, qui met en relation les femmes en recherche d'emploi et les recruteurs. La start-up enregistre pas moins de 1000 femmes dès le premier mois. Deux ans, plus de 30 000 femmes s'y sont inscrites. Le projet d'Imène Draredja remporte le 2e prix du Startup Banlieue.

Madeleine Morley et Paola Teulières, cofondatrices de Tomojo

À 26 et 24 ans, Madeleine et Paola ont créé en 2018 leur start-up baptisé TOMOJO. Celle-ci est spécialisée dans la fabrication de croquettes pour animaux domestiques écoresponsables, faites à base de poudre d'insectes, un substitut à la viande très peu polluant et avec un apport nutritionnel plus important.

Ayant démarré avec une gamme pour chien, les deux femmes envisagent de lancer une gamme de croquettes pour chat pour 2019. Leur concept innove complètement et la démarche écologique leur a ouvert de nombreuses portes. Leur start-up est en effet incubée chez Wilha, une structure en faveur de l'entrepreneuriat technologique mixte.

Agathe Wautier, copromotrice de The Galion Project

C'est dans une quête de sens à sa vie professionnelle qu'Agathe Wautier crée « Think Tank », un laboratoire d'idées qui rassemble les entrepreneur(e)s de la French Tech. C'est ce creuset qui lui permet de rencontrer celui avec qui elle fonda plus tard The Gallion Project qui a pour ambition de permettre aux entrepreneure(e)s de ne plus être isolées.

Agathe Wautier espère ainsi favoriser l'échange d'expertise et de conseils, le réseautage, mais aussi créer une bulle de détente. En 2018, le projet réunissait 230 entrepreneur(e)s et ambitionne de se développer à l'international.

Isabelle Mashola, Cofondatrice d'Isahit

Ayant constaté la faible représentativité des femmes dans les métiers de la technologie, Isabelle Mashola décide de créer Isahit. Il s'agit d'une plateforme qui met en relation les entreprises françaises en quête de main d'œuvre pour s'occuper de leurs projets digitaux externalisés et les femmes africaines, avec un niveau minimum bac+2. Un engagement qui rappelle celui d'Antoinette Fouque.

Au titre des microtâches à exécuter sur la plateforme, il y a celles relatives à la validation des données, l'intelligence artificielle, les market places, etc. Une initiative qui a remporté Business O Féminin Award en 2018.