Ce que les start-ups aux grandes ambitions peuvent vous apprendre

Réussite business
Ce que les start-ups aux grandes ambitions peuvent vous apprendre

Chaque année, en janvier, plus de 170 000 personnes assistent au CES, le plus grand événement technologique du monde, afin de découvrir les dernières nouveautés. Ce que je préfère est rencontrer les créateurs et les rêveurs qui partagent leurs innovations sur la scène internationale. Il faut beaucoup de courage pour transformer une idée qui n'existe que dans votre tête en un produit exploitable et il faut avoir confiance que votre produit se vendra.

Pour moi, les startups symbolisent ce qu'est le CES. Chacune des plus de 900 startups à travers le Parc Eureka du CES, où les investisseurs viennent trouver leur prochaine licorne, incarne ce courage et cette foi. Et ils ont été récompensés pour leur vision - depuis 2012, plus de 1 000 startups à la CES ont recueilli plus de 1,5 milliard de dollars depuis leur création.

Cette année, Eureka Park a mis en vedette des entreprises et des entrepreneurs de plus de 40 pays. Près de la moitié des exposants du parc Eureka viennent de pays champions de l'innovation, comme le définit le tableau de bord international de l'innovation de la Consumer Technology Association (CTA), qui classe 38 pays et l'UE en fonction de leurs innovations.

Le CTA identifie et suit les politiques qui font progresser l'entrepreneuriat aux États-Unis et à l'étranger. Le tableau de bord international de l'innovation montre que, bien que les États-Unis figurent toujours parmi les économies de pointe dans le monde, ils accusent du retard dans une multitude de catégories, sans parler du manque d'ouverture envers certains modèles commerciaux perturbateurs du fonctionnement actuel.

Lorsque les industries et les entreprises ne parviennent pas à suivre le rythme de l'innovation, elles sont enclines à faire appel à des tiers (souvent le gouvernement) pour défendre leurs intérêts. Mais l'histoire montre que de telles solutions sont uniquement temporaires. Après tout, on ne peut défendre le cheval et le carrosse que finiment avant que la demande du consommateur ne les rende obsolète.

C'est pourquoi il est si important de se tourner vers les innovateurs internationaux. Ces entrepreneurs agiles et stratégiques allient innovation et passion, capacité d'adaptation et obstination - exactement ce qu'il faut pour survivre dans le marché mondial de la technologie d'aujourd'hui. Savoir ce qui fonctionne pour les startups technologiques mondiales pourrait nous aider non seulement à améliorer notre propre scène de startup, mais aussi les aider à découvrir comment naviguer sur le marché international.

Au cours des conversations avec les membres de l'équipe du CTA, trois startups se sont penchées sur ce qu'il faut pour se lancer avec succès au niveau international. Voici ce qu'ils avaient à dire :

1. Avoir une vision simple et s'y tenir.

Il y a des centaines de startups qui remplissent Eureka Park et d'innombrables autres dans le monde entier. Faire ressortir votre produit et votre vision dans une course féroce n'est pas une tâche facile. La simplicité est essentielle. S'il faut beaucoup d'explications ou de jargons compliqués pour comprendre ce que vous faites, alors votre audience - et vos investisseurs potentiels - vous oublieront probablement.

Lorsqu'on leur a demandé ce qu'ils allaient dire aux entrepreneurs ayant des ambitions internationales, HunJoo Song et SeonAh Kim ont donné des conseils aussi simples que leur approche : "La chose la plus importante est de trouver un gros problème et de le résoudre. C'est tout."

Song est PDF et Kim est directeur marketing de TwoEyes Tech, une startup qui a créé "la première caméra 3D réalité virtuelle 360° au monde". Modélisé sur des yeux humains, l'appareil dispose de deux objectifs, ce qui permet aux photographes d'obtenir facilement les 360 photos dont ils ont besoin et de les visionner instantanément sur leur téléphone. 

Peter von Campe, directeur des ventes de la startup française FieldBox.ai, a déclaré : "Aujourd'hui, si vous voulez construire quelque chose de fort, vous devez avoir une vision de ce que vous voulez à long terme". Pour lui, cela signifie beaucoup plus que la création d'un produit - cela signifie penser à votre future trajectoire commerciale.

"Je pense que vous devriez être conscient de votre vision le plus rapidement possible et ne pas l'abandonner", "Il ne s'agit pas de reconfigurer une entreprise, construire quelque chose et la vendre le plus rapidement possible au plus offrant." En d'autres termes, si vous voulez développer votre entreprise sur le plan international, vous avez besoin d'une idée claire de votre enjeu final. Savoir à quoi vous aspirez vous aidera à atteindre vos objectifs et à tirer le meilleur parti des nombreuses possibilités offertes par les événements mondiaux sur l'innovation.

2. N'ayez pas peur de commencer petit.

L'internationalisation est une idée passionnante, mais il est important d'établir votre entreprise dans votre propre pays avant de faire des affaires au-delà des frontières. Il est déjà assez difficile de naviguer dans le cadre juridique et réglementaire de votre propre pays et c'est encore plus difficile d'être à jour au niveau des règles internationales. Vous voulez être en mesure de pouvoir retomber sur vos pieds, dans votre pays, en cas de difficultés.

Von Campe a souligné les défis que son équipe a dû relever lorsqu'elle a commercialisé ses services de mise en œuvre de l'IA dans d'autres pays : "De nombreux pays ont beaucoup de règles sur la façon dont vous pouvez vendre, ce qui rend difficile l'établissement de relations. Certaines entreprises, surtout sur les marchés internationaux ont du mal à s'approvisionner auprès d'entreprises qui ne sont pas locales. Je pense que c'est vrai non seulement pour les entreprises en Amérique du Sud, en Asie ou en Afrique, mais aussi pour les entreprises en Amérique et en Europe."

Ce n'est pas non plus une mauvaise idée de commencer modestement sur le point financier. Les marchés sont en plein essor cette année, mais comme l'a fait remarquer le PDG de MindAffect Ivo de la Rive Box, cela pourrait changer à tout moment. Et un budget restreint n'est peut-être pas nécessairement une mauvaise chose : "C'est aussi une très bonne façon de commencer quand il n'y a pas d'argent parce que vous maintenez vos coûts à un bas niveau et que vous allez de l'avant. Certaines des entreprises les plus prospères ont toutes démarré dans les mêmes périodes de crise économique, ce qui leur procure aussi des avantages."

Box sait de quoi il parle : MindAffect est la deuxième entreprise qu'il a mené à bien. Son avance stratégique a propulsé l'entreprise sur la scène internationale grâce au financement de la Fondation SLA.

3. Ne pas oublier de communiquer.

C'est un exploit incroyable de pouvoir se rendre au CES. Beaucoup de travail se fait en coulisse pour ces entreprises, de la recherche et du développement au financement et au développement de la marque. Le produit final que les participants voient est le résultat de centaines, voire de milliers d'heures de remue-méninges, de critiques et d'ajustements. Rien de tout cela ne peut se faire sans une communication constante et continue.

"C'est agréable d'avoir un bon produit. Mais, même le meilleur produit - vous allez devoir le vendre", a dit von Campe. "C'est une chose qu'il faut découvrir par soi-même en cours de route, surtout si vous venez d'une formation d'ingénieur où l'on pense que si on le construit, ça se vendra, ce qui n'est plus vrai - je ne sais pas si cela a déjà été vrai."

Song et Kim sont d'accord et considèrent qu'une communication efficace est non seulement le plus grand défi pour leur entreprise, mais aussi pour toutes les startups.

"Le plus grand obstacle pour les entrepreneurs est de prouver leur entreprise au marché", a déclaré M. Song. "Nous voulons prouver l'innovation de notre entreprise dans cette industrie de la RV. Prouver notre valeur."

Et parfois, le meilleur conseil vient du fait de parler à - et d'apprendre des - autres.

"J'aime beaucoup être dans un pavillon de startup avec d'autres startups hollandaises", a dit Song. "C'est beaucoup plus amusant avec des gens qui s'entraident."

Mon espoir pour 2018, c'est que les entrepreneurs s'appuieront sur des partenariats internationaux pour atteindre d'autres innovateurs à travers le monde afin de concevoir des idées, des produits et des services - et que l'année prochaine, Eureka Park accueillera d'autres startups dont le travail franchira les frontières et créera des solutions révolutionnaires pour relever les plus grands défis du monde.